Partagez | 
 

 you were the one

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: you were the one  Mar 8 Mai - 12:59

Après avoir échappé à la police, vous êtes restés cachés, attendant que les sirènes finissent par se taire. Par chance, ils ne vous ont pas trouvés et tu sais qu'ils ne le feront pas, qu'il n'ont aucune idée de l'endroit où vous pouvez être et de toute façon, tu as bien l'intention de calmer les choses avant de prendre un jet pour fuir d'ici à toute vitesse. Emportant Tokyo avec toi. Maintenant que tu l'as retrouvée, que tu passes tes journées et tes nuits avec elle, tu ne comprends pas comment tu as fait cette dernière année pour supporter son absence, mais toutes ces questions sont souvent supprimées par des baisers, de l'amour.
Alors que tu pianotes sur ton ordinateur pour vérifier les signaux autour, pour t'assurer qu'aucun flic ne rode dans les parages, tu aperçois un signal sur ton écran, un signal dans la maison qui n'est ni ton téléphone ni celui de Tokyo, ni les deux téléphones que vous a donné Le Professeur. Non, il y a un autre signal que tu pénètres et pirate en quelques secondes pour découvrir de quoi il s'agit. Quand tu comprends de quoi il s'agit, tu te retrouves sur le cul, complètement paumé et sans savoir quoi faire. Te levant alors sans faire de bruit, tu te diriges vers le salon d'où vient le signal et tu fouilles. Il ne t'en faut pas plus pour trouver le minuscule micro caché sous un meuble, collé. Tu le regardes sous tous les angles, reconnaît bien vite le matériel de la police et tous les éléments se mettent en place, les coups de fil étranges de Tokyo, le policier qui vous a arrêtés, cet appel un an après sans raison apparente, ce micro. Tous les éléments viennent se placer un à un et il ne t'en faut pas plus pour prendre une décision, tu t'en vas.
C'est ainsi que tu te retrouves dans la chambre, remplissant ta valise des affaires éparpillées partout alors que tu as détruit le micro afin qu'il ne fonctionne plus. Ton coeur brisé tambourine contre ta poitrine alors que tu te poses des milliers de questions.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 13:19

Vivre en colocation avec Rio était plus simple que prévu finalement, toi qui avais eu peur que cette initiative vous déchire. T'étais persuadée que vous étiez vraiment fait l'un pour l'autre, c'était une évidence quand tu te perdais dans son regard. Même si vous évitiez les sorties dans la ville depuis que ce qui vous était arrivé, t'avais un sanctuaire ici, et même une plage privée à deux pas de ta maison. C'était le rêve. Enfin tu le vivais avec Rio. Tu n'y aurais jamais cru à la fabrique, il faut croire que si t'étais pas encore morte, c'était que ton heure n'était pas encore arrivé, et qu'il fallait que tu en profites à fond.

Tu sortais de la douche quand tu te réfugias dans la chambre où tu voyais Rio plier ses bagages. Tu fronças les sourcils, étonnée mais tu ne savais pas encore pour quelle raison il faisait ça.

- On part en voyage ? demandas-tu en passant tes mains dans son dos.

T'avais rien dit au flic. Rien du tout. Il savait qu'il était ici, sous ton toit, et tu lui avais balancé des infos sans importance pour qu'il morde à l'hameçon et qu'il te laisse plus de temps avec lui. Ca semblait marcher. Mais toutes les nuits où tu avais pu regarder l'ange qui était à côté dormir paisiblement, toi, tu avais songé à ton plan. Tu allais te dénoncer, parce que tu ne voyais pas d'autres solutions. Tu ne pouvais simplement pas lui faire ça. Tu profitais de tes instants avec lui, tu lui offrais des trucs, tu le berçais d'ambitions et de rêves que tu voulais partager avec ton petit copain, alors que tu savais que ta fin était proche.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 13:24

T'as le coeur brisé, t'arrives pas à croire qu'elle ait pu faire ça, qu'elle ait pu te trahir à ce point et pourtant, tu aurais du t'en douter, tu aurais du savoir qu'elle préférerait sa liberté à un gamin comme toi, tu l'as suffisamment entendu dire aux autres que tu n'étais qu'un enfant. Tu t'en veux, à toi, d'avoir pu penser que cette histoire était possible, d'avoir fait tomber toutes tes barrières, tu lui avoir dit où tu trouves, de lui avoir montré ta maison en photo parce que désormais, tu ne seras plus en sécurité chez toi alors tu lui en veux à elle aussi, d'avoir joué avec tes sentiments pour s'en sortir et quand tu la sens se coller contre toi, la colère est plus forte que l'amour que tu peux ressentir. C'est ainsi que tu sors de sous ton t-shirt le flingue que tu gardes toujours avec toi et que tu l'enclenches, te retournant pour le pointer sur celle dont tu es amoureux et ce, depuis le début. T'approche pas de moi ou tu vas partir en voyage toute seule et il te sera impossible d'en revenir. ta voix est froide, tu ne sais pas comment tu arrives à contenir tous les sentiments en toi mais visiblement, tu y arrives. Tu la fixes, ton coeur se brisant un peu plus à chaque seconde.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 13:53

Tu comprenais rien à sa réaction. En moins de deux secondes tu te retrouvais avec un flingue pointé sur ta tête. Ce n'était pas n'importe qui qui tenait ce pistolet. C'était Rio, ton petit copain. Qu'est-ce qu'il lui prenait ? Tu sentais l'angoisse montée en toi. Tu comptais pas te laisser faire s'il se retournait contre toi. Même si tu te voyais brisée, dans le flou total, ton instinct de survie allait guider tes gestes. Avant toute chose, tu voulais comprendre.

Tu levas les mains doucement, cherchant à montrer pâte blanche.

- Rio... Tu peux m'expliquer ? Je suis sensée comprendre que tu me plaques ? demandas-tu en serrant les dents. Il y a d'autres moyens de le faire que pointer un flingue sur moi alors que j'ai rien demandé. Qu'est-ce qu'il te prend putain ?

Toi, on te plaquait pas. C'était toi qui plaquait. Pas l'inverse. Jamais. Tu ne le supporterais pas, ta fierté si rodée en prendrait un coup. Tu voyais dans ses yeux à quel point il était sérieux, concentré, et surtout bouleversé. Tu le connaissais trop.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 14:00

Tu peux pas t'empêcher de rire quand elle fait semblant de pas comprendre, tu la reconnais pas du tout, c'est pas la Tokyo que t'as connu pendant cinq mois, c'est pas possible que ça soit elle. Ta Tokyo faisait tout pour te protéger, c'était ton ange gardien. Imaginer qu'elle puisse te trahir, c'est pire que prendre une balle, pire que mourir même. T'aurais préféré qu'on te tue sur le champ plutôt que d'apprendre une telle trahison. Arrête de te foutre de ma gueule. tu rétorques avant de sortir le micro écrasé de ta poche, ce micro détruit mais qui t'a sûrement déjà trahi. En deux secondes tu lui lances au visage, t'es tellement en colère, tellement déçu, tellement triste en réalité. C'est ça tes je t'aime ? Des je t'aime à la con pour échapper aux flics ? De tous, tu pensais pas que ce serait elle qui te ferait un tel con, t'étais même à mille lieux de penser une telle chose. Ils t'ont dit quoi hein ? Que tu prendrais rien si tu me balançais ? un rire s'échappe d'entre tes lèvres. Tu crois vraiment qu'ils vont te laisser continuer ta petite vie hein ? C'est vraiment ce que tu crois. Parce que je te rappelle, Tokyo, que moi je suis pas accusé de meurtre. Enfin, pour l'instant. le pistolet toujours braqué sur elle, tu sais très bien que jamais tu n'arriveras à tirer, jamais tu ne supporteras de voir l'étincelle dans ses yeux s'éteindre. Alors quelques secondes plus tard, tu baisses ton arme et termine de ranger tes affaires, gardant fermement le flingue dans ta main, tu ne peux pas lui faire confiance.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 14:15

Il avait compris, Tokyo. Il avait compris ton petit manège, tes manigances que tu n'avais pas cherché à avoir. Tu ne serais jamais du côté des flics, tu le savais, et pourtant, tu pouvais faire quoi d'autre ? Tes mains étaient liées à ce type. Tu pouvais te débattre tant que tu voulais, personne n'entendrait tes cris et tes pleurs. Tu le savais bien. Il aurait fait quoi à ta place lui ? Il n'y avait aucune porte de sortie. L'espoir qu'un jour ta liberté te soit rendu avait périt le jour où tu avais tué ce gars et que les flics s'étaient mis à ta recherche. Tu allais crever pour tes conneries, Tokyo. C'était qu'une histoire de temps.

- C'est vrai. Un flic m'a demandé de te balancer sinon il allait simplement tous nous coffrer. J'ai jamais dit oui, Rio. Et je savais pas qu'il y avait un micro. Je te jure. Mais t'as raison, vu que je suis qu'une pauvre conne égoïste qui t'as utilisé, peut-être bien que je mens.

Tu osas t'approcher de lui, le canon froid du pistolet sur ton front, le défiant du regard.

- Tue moi. Allez, vas-y. T'facon tu sais Rio, c'est qu'une question de temps. Je vais bien finir par crever un jour.

Il baissa sa garde, tu le savais qu'il pouvait pas le faire. Ca te rassurait quand même. Il t'aimait toujours. Tu l'aimais pour toujours.

- Tu peux pas me laisser, Rio, je te jure que j'ai rien dit. Comment tu peux juste penser que je t'ai balancé ? Comment tu peux juste imaginer que je te racontais des conneries ? T'es tout ce qu'il me reste !

Tu arrêtas ses mains qui rangeaient frénétiquement ses affaires pour qu'il te regarde, au moins une dernière fois, qu'il arrive à percevoir tes larmes sincères qui coulaient sur tes joues.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 14:25

Elle avoue tout, tu t'en doutais de toute façon, y'avait que cette possibilité mais putain que ça fait mal de se rendre compte de ça. Elle ment un peu, pour se couvrir certainement. Toi, tu la crois pas, t'es plus capable de la croire de toute façon. La seule chose que tu vois, c'est un micro de policier et ses aveux, c'est la seule chose que tu veux bien croire. Ouais, exactement. tu réponds simplement avant qu'elle ne se rapproche. T'aimerais bien avoir le cran de tirer, pour te venger, pour adoucir cette colère mais non, toi t'es pas comme ça, t'es pas capable de tuer une personne, tu le seras probablement jamais. Encore moins quand il s'agit de celle dont tu es fou amoureux. Arrête Tokyo ! Fais pas semblant et ne me mens pas plus, si tu crois que je vais avoir pitié et rester pour finalement me faire prendre, t'es vraiment conne. tu lui fais remarquer. Tu vas fuir, encore, tu le dois de toute façon et puis surtout, tu préviendras Le Professeur, que personne ne se fasse avoir, parce que toi, tu penses encore à tes compagnons, tu penses à leur liberté que tu refuses de leur retirer. Elle retire tes mains mais tu refuses de t'arrêter pour la regarder, tu les retires rapidement et récupère ton arme. Ne me touche pas. Silene. C'est ta façon de mettre un mur, parce que Silene, tu ne la connais pas et n'a jamais pu l'aimer, parce que tu ne l'as jamais vue. Ce mur, tu le mets parce que t'en as besoin. Alors bien vite, tu fermes le tout et pousse Tokyo avec la pointe de ton arme sur son épaule. Tu tires ta valise, c'est bon, tu t'en vas, il est hors de question que tu restes plus longtemps avec elle. Et pourtant, à peine tu arrives en bas que tu le vois. Espèce de connasse ! que tu lances en remontant les escaliers, ayant lâché ta valise par terre. Tu refuses d'aller en prison, ça tourne en boucle dans ta tête et ça, c'est hors de question. Alors forcément quand Silene arrive, tu l'attrapes entre tes bras, posant le pistolet sur sa tempe, si elle est de mèche avec eux, ils ne voudront pas qu'elle meure, autant qu'elle te serve à quelque chose pour la dernière fois.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 14:41

Tout ton monde s'écroulait autour de toi. Tout ces souvenirs avec Rio te revenait en boucle dans la tête. T'avais mal. Une balle en plein dans le cerveau aurait au moins pu soulager tout ça. Rien ne pouvait être pire que perdre l'être que tu aimais le plus au monde. Tous les sourires, les regards, les rires, tout ça brulait dans ton esprit, comme des photos qui se consumaient. T'avais jamais connu une situation aussi douloureuse. Peut-être le rejet de ta mère.

Quand il t'appela par ton prénom, ce qui n'arrivait jamais, t'avais tout de suite senti qu'il voulait t'éteindre, t'oublier et partir. Tu te sentais partir aussi.

- Casse toi, c'est ça, fuis. Va te faire foutre sérieux. Tu seras jamais capable d'assumer tes problèmes autrement de toute manière, crachas-tu, blessée, en le suivant.

C'était ta façon de ne pas mourir, de survivre à la douleur qui annihilait la tendresse que tu ressentais pour lui en utilisant ses faiblesses. Tu savais qu'il n'avait pas contacté ses parents. Puis, tu vis le flic en bas des escaliers un flingue pointé sur Rio. C'était pas du tout prévu. Il avait surement perdu patience. C'est là que tout s'était enchainé et que tu te retrouvas prise en otage par ton petit copain. Tu avais encore mal. Tu voulais en finir.

- Lâche là, c'est fini, lança le flic.
- Je me rends, ajoutas-tu d'une voix neutre, lasse.

Tu savais que de toute manière, tu avais un casier judiciaire bien plus long que celui de Rio. Que s'il devait choisir de mettre en taule quelqu'un, c'était toi en priorité. Il pouvait encore choisir de s'échapper par la fenêtre de votre chambre, et te laisser en pâture à ce gars.

- Pars... murmuras-tu.

Parce que même s'il t'avait déçu, blessée et qu'il t'avait laissé pour morte en quelques sortes, tu l'aimais bien trop.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 14:49

C'est plus vraiment toi qui réfléchis, c'est un instinct de survie dont tu n'avais pas eu besoin cette année, un instinct de survie qui te pousser à tout faire pour sauver ta peau, sans écouter ses cris à elle. Parce que c'est trop tard, elle a tout gâché. T'entends le flic, et t'aimerais avoir deux armes pour en pointer une sur lui maintenant tout de suite, pour le descendre et filer loin d'ici mais non, tu te concentres sur ton otage, l'otage dont tu es fou amoureux et ses mots te font rire, comme si tu allais la croire maintenant. Comme si tu allais la laisser au flic et partir en courant, même si tu la détestes, tu ne ferais pas ça de toute manière et puis tu es persuadé que ce n'est que mensonge, qu'à deux ils te rattraperont parce que Tokyo aime beaucoup trop sa liberté pour vouloir la perdre, tu sais que c'est la seule chose réelle qui compte à ses yeux, tu l'as toujours su. Tu m'as eu une fois, tu m'auras pas deux fois. tu lui siffles alors, reculant en gardant l'arme pointée sur elle. Tu l'enclenches avant de regarder le flic. Tu t'approches, je la tue et y'aura plus personne pour te donner des infos sur le groupe. tu lui fais remarquer. Tu veux croire qu'elle est la seule traître, tu veux croire qu'aucun autre n'a souhaité donner des informations pour être tranquille, tu te trompes peut-être mais t'as de l'espoir.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 15:01

T'avais jamais rien ressenti de tel pour quelqu'un, et si tu devais mourir, tu voulais mourir pour lui, voire même qu'il t'assène le coup de grâce. Au moins, ce serait le dernier visage que tu verrais avant de t'éteindre définitivement. Ce serait salement romantique. Tu t'étais habituée au romantisme avec lui, chose que tu détestais avant de le rencontrer. Il t'avait changé pour le meilleur, et pour le pire aussi. Parce que t'étais vraiment capable de supprimer ton envie de liberté pour lui. T'étais capable de tout pour ses beaux yeux.

- Silene, n'essaye pas de le sauver. Il est pas de ton côté malgré ce qu'il peut te faire penser. Il a été contacté lui aussi, lâcha le flic.

Ton coeur s'arrêta de battre. Alors, il te faisait culpabiliser pendant que lui, il faisait la même chose ?

- Quoi...? soufflas-tu, le regard perdu dans le vide.

Tu te rendais compte que tu ne pouvais plus compter sur personne. La haine t'habitait. Tu détestais tout le monde. Ca y est, Silene était de retour. Avec la force qui te restait, tu bousculas rapidement Rio contre le mur pour qu'il desserre son emprise sur toi. Tu courus en sortant par la fenêtre. Tu ne savais pas que tu étais entrain de te jeter dans la gueule du loup. Tu pensais que ce flic était venu seule. Mais c'est une armée qui t'attendait dehors. Mais toi tu t'en fichais. Tu courus encore, même si les forces de l'ordre te semait de t'arrêter sous peine de tirer à vue.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 15:07

Le sang pulse dans tes veines, c'est pire quand t'entends le flic mentir comme ça. T'as jamais été contacté par personne, sûrement que t'étais mieux caché et puis même, si ça avait été le cas, jamais tu n'aurais toléré dénoncer tes amis, tu aurais fui une nouvelle fois peut-être, tu aurais tué qui sait mais jamais tu n'aurais donné des informations ou quoique ce soit. Mais quel fils de pute. tu fais remarquer avant que Tokyo ne se détache de toi. La scène vient à tourner au ralenti, tu ne réponds plus vraiment de rien, tu regardes Tokyo s'enfuir, le flic pointant toujours son arme sur toi, alors comme pour te défendre, le coup part jusqu'au dessus de sa tête, t'as pas l'intention de le tuer, juste de lui faire peur deux secondes pour partir à la suite de Tokyo. T'es comme dans un autre monde en réalité, tu cours mais t'as l'impression de marcher au ralenti, tout est plus long, plus pesant. Et quand à ton tour tu sautes par la fenêtre, tu te retrouves face à une horde de flics prêt à courir après Tokyo, après la femme de ta vie, l'unique. Hey ! tu hurles alors, pointant ton arme vers le sol pour tirer un autre coup. Leur attention est détournée et toi, tu regardes Tokyo prête à s'enfuir. Tu tires plusieurs coups, tu veux leur faire perdre quelques secondes, quelques secondes qui seront importantes pour Tokyo, et en cet instant, tu la détestes autant que tu l'aimes.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 15:27

Tu ne regardais pas derrière toi, tu voulais plus regarder en arrière, tu voulais avancer. T'en avais marre de tout ça, et en même temps cette vie te collait à la peau comme un tatouage. Ce n'était pas la première fois que tu te faisais prendre par les flics, sauf que là, ce n'était la faute de personne. Seulement de la tienne. Tu avais toi même décidé de partir de ta maison sans en mesurer les conséquences. Ils avaient tout prévus. Il n'y avait aucune sirène dehors. Ils s'étaient introduits sur ton terrain sans faire de bruit pour vous surprendre tous les deux. C'était le gros lot. Le jack-pot. Tu ne voulais pas leur donner ce qu'il voulait. Toi à la limite, tu t'en fichais mais tu pourrais pas te pardonner pour Rio. C'était comme si tu avais choisi de le mener dans ce guet apens, parce que tu ne lui avais rien dit. Tu ne lui avais pas dit avant qu'il ne vienne toute cette histoire. Tu ne le protégeais pas si bien que ça en fait. Tu avais échoué, tout ça à cause de ton amour égoïste pour lui. Puis son cri perça la foule qui te suivait. Tu regardas par dessus ton épaule, tu le voyais tirer, détourner leur attention. Tu t'arrêtas. Ton coeur s'emballait. Il te sauvait. Vous etiez toujours soudés malgré cette haine passionnelle qui vous animait.

Tu lui montras du doigt l'océan, ton yacht, pendant cet instant hors du temps, qui semblait s'étendre à l'infini, lui montrant la démarche à suivre. Il pouvait y arriver autant que toi. Tu priais intérieurement pour vos vies.




_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 15:37

Elle arrive à fuir et toi, t'es coincé au milieu de tous ces flics sans trop savoir quoi faire. Tu l'aimes, tu la détestes, tu veux qu'elle s'en sorte, tu veux t'en sortir, t'as toutes ces questions qui se bousculent. L'arme toujours bien en vue, tu plonges ta main dans ta poche, sortant le collier qu'elle t'a donné comme pour te donner un peu de contenance, tu peux le faire. Tu peux le faire. C'est alors que tu en viens à tirer, aux pieds de ces flics en essayant au maximum de les toucher. Désarçonnés et souhaitant sauver les leurs, ils se laissent distraire une seconde. Et une seconde suffit pour que tu te mettes à courir de toutes tes forces, rejoignant le sentier, prêt à te rendre au yacht pour fuir, avec Tokyo peut-être, si la vie est clémente. T'as le temps de prendre quelques pas d'avance avant de les entendre courir à tes trousses. D'un geste maladroit, tu tires en arrière. Mais t'as à peine le temps de faire ce geste que tu entends une détonation, t'es pas loin de Tokyo pourtant, mais tu n'y arriveras pas. Bien vite, tu sens une douleur dans l'épaule qui te prend et qui te fait tomber à terre. Pendant une seconde, tu ne réagis plus, n'entends plus rien, ne calcule plus rien. Finalement, tes yeux s'ouvrent et ta bouche crie ces quelques mots à ton amour. Cours Tokyo, cours ! parce que tu supporterais pas de la perdre elle, c'est déjà trop arrivé.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 15:58

Pourquoi t'avais plus d'armes chez toi ? T'avais voulu détruire les preuves. T'avais cru que tu n'en aurais plus besoin. T'étais naïve parfois. Tu voulais te résoudre à une vie sans histoire, pour redorer ton blason. T'avais cru Le Professeur quand il t'avait dit que ce serait fini pour de bon dès que vous mettrez les voiles. Oui, mais ça devait marcher si vous vous faisiez oublié pendant quelques années quand même. Encore une fois, t'avais rien voulu suivre.

Tu t'étais dirigée sans plus attendre vers ton yacht, tu retrouvais cet espoir de le voir auprès de toi. Mais en jetant un coup d'oeil par dessus ton épaule, tu le vis à terre.

- RIO !!!! crias-tu, déchirée, au bord des larmes.

Non, ce n'était pas fini, tu rebroussas chemin et te dirigeas vers lui. Tant pis pour ta liberté. Pour votre liberté. Tu pouvais pas le quitter comme ça. Ils approchaient vers vous deux. Les larmes coulaient sur tes joues quand tu remarquas qu'il saignait au niveau de l'épaule.

- Rio, mon amour, je suis désolée, je vais t'aider, essaye de t'accrocher à moi.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 16:06

C'est fini, tu le sais et tu dois l'accepter. Toi qui as toujours tout fait pour ne pas te faire prendre, voilà que Tokyo te met dans la merde. Et pourtant, même si t'es hyper en colère, t'as quand même envie de la protéger, de la savoir en liberté quelque part alors tu lui cries de courir, elle ne doit pas s'arrêter, pas pour toi, ça ne vaut pas le coup. Quand tu la regardes, t'as plus qu'une envie, c'est la voir s'enfuir mais visiblement, ce n'est pas son idée puisque bien vite, elle est prêt de toi. Tokyo, arrête, on y arrivera pas à deux. tu réponds en serrant un peu les dents, t'as un mal de chien. Du mieux que tu peux, tu lèves le bras valide, celui qui tient encore fermement le collier qu'elle t'a offert. S'il te plaît mon amour, cours vers le yacht et appelle Le Professeur, il me sortira de là. Si on se fait prendre tous les deux, personne pourra nous aider. et malheureusement, c'est une triste vérité. T'es même pas sûr que tu peux lui faire confiance après tout ça mais en ce moment elle est ton seul et unique espoir. Allez, cours. tu réclames une dernière fois alors que tu les entends juste derrière.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 16:24

Tu n'avais pas le choix. Il avait raison. Il avait toujours raison, d'ailleurs. Tu ne pouvais pas rester ici, ce serait contre productif. Mais tu pouvais pas l'abandonner. Tu savais même pas si c'était grave ce qu'il avait à l'épaule, tu savais pas s'il pouvait s'en sortir encore. Le temps te manquait pour déterminer tout ça. Tu voyais son t-shirt prendre la teinte de son sang, tu t'inquiétais trop, tu pouvais pas le laisser, ton coeur t'en empêchait pendant que ta raison te criait de l'écouter et de prendre la fuite. Bientôt tu n'aurais plus ce choix. Bientôt, vous serez en prison tous les deux.

Tu lui accordas un baiser qui ressemblait à un adieu, salé au goût de tes larmes. Puis au même moment, t'entendis les ailes d'un hélicoptère volé au dessus de ta maison. Des bombes éclataient autour de vous. Tu compris bien vite que c'était les flics qui étaient visés. Alors qu'ils se repliaient, te laissant le temps d'espérer à un avenir possible pour vous deux, l'hélicoptère descendait tout doucement vers vous. Tu savais qu'ils venaient pour vous sauver, surement un coup du Professeur. Heureusement qu'il était toujours là pour rattraper toutes tes conneries.

- Viens, Rio, on doit faire vite, il faut que tu me fasses confiance sur ce coup, lanças-tu en passant un bras dans son dos pour l'aider à se redresser.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 16:30

Tu l'entends, t'essaies d'écouter mais tu as de plus en plus de mal à garder ta concentration, tu veux simplement qu'elle s'échappe d'ici, tu sais très bien qu'il y aura une autre solution pour toi, tu en es convaincu. Et pourtant, elle reste là, tu entends des bruits forts mais est incapable de les distinguer et de comprendre d'où ils viennent et quand finalement, tu comprends les mots qu'elle prononce, tu décides d'accepter. Si elle te tend encore un piège, ce ne sera pas pire que de finir en prison, ce sera simplement la même chose alors autant essayer de lui faire un peu plus confiance et tu verras bien où tout cela te mène. Peut-être qu'elle regrette, c'est sûrement ça d'ailleurs, mais tu acceptes. Tu te relèves du mieux que tu peux, tentant d'ignorer la douleur lancinante dans ton épaule et le sang qui en coule. Tu te redresses et la suite, au pas de course pour rejoindre l'hélicoptère. Tu comprends peu à peu, Le Professeur a toujours tout su avant vous de toute façon, tu aurais du te douter qu'encore une fois, il serait là pour vous. En deux-deux, tu montes dans l'hélicoptère, te retrouvant face aux Russes qui vous ont déjà aidé à la fin du braquage. Dans un autre moment, tu ne pourrais pas t'empêcher de sourire mais là, t'es trop épuisé par la douleur que tu te laisses simplement tomber par terre, vérifiant d'un oeil que Tokyo te suit, que Tokyo s'en sort et bien vite, quand enfin tu te sens en sécurité ici, que les portes se referment et que vous partez dieu sait où, tu t'endors.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 16:52

Tu l'aidais à se relever, il fallait qu'il tienne, tu essayais de lui insuffler de la force, ce qu'il te restait afin que vous arriviez tous les deux jusqu'à l'hélico. La vie vous souriait encore, vous aviez de la chance l'air de rien. Mais tu savais que c'était une guerre qui se préparait. Et que Le Professeur n'était surement pas ravie de te sauver encore une fois. Tu attirais trop l'attention sur toi, et ça risque de causer la perte de tout le groupe. Les électrons libres dans ton genre n'avaient pas leur place avec les autres. Ils ne pouvaient fonctionner que seuls. Mais toi, tu voulais pas être seule. T'avais peur de l'être.

Tu montais dans l'hélico juste après Rio, et tu sourias aux Russes qui encore une fois étaient là pour toi. C'était un remerciement silencieux. Tu leur en étais reconnaissante. Puis, tu regardas Rio s'endormir. Tu vins près de lui, pris son visage entre mains que tu caressas et ajoutas :

- Rio, reste avec moi, faut pas que tu dormes !

Il ne réagissait pas vraiment.

- Amenez moi voir un chirurgien, ces enfoirés l'ont touchés à l'épaule !

L'hélicoptère vira sur la gauche, et quelques minutes plus tard, il se posa devant un hangar. Un gars en blanc se ramena avec une civière, comme s'il avait déjà été préparé à les recevoir. Ils t'aidèrent à sortir Rio pour l'allonger dessus, et le chirugien le conduisit jusqu'à l'entrepôt qui servait de salle d'opération.

- Est-ce qu'il va s'en sortir ? Est-ce que c'est grave ? demandas-tu, très inquiète.
- Il a perdu beaucoup de sang, il a eu de la chance, rien n'a été touché.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 16:58

T'es plus là toi, t'entends plus rien et tu vois plus rien, t'es dans un sommeil sans rêve, comme si la mort allait venir te tendre la main. Tu ne réagis pas aux appels de Tokyo, parce que tu ne les entends pas mais sûrement que même si ça avait été le cas, tu n'aurais pas réagi, lui en voulant toujours pour ce qu'elle a fait, pour cette trahison alors que toi, comme un con, tu pensais pouvoir reprendre votre relation là où elle avait du s'arrêter, t'aurais jamais du y croire, t'aurais du comprendre qu'elle se fichait de toi mais malheureusement, l'amour rend aveugle et pour toi, c'est ainsi depuis le début. Cette première fois où tu as croisé son regard, cette première fois où tu as su que ce serait elle et pas une autre.
Quand tu te réveilles, la première chose que tu fais c'est regarder ton épaule bandée, tu t'attendais plutôt à retrouver un trou rouge de sang mais pas à avoir été soigné. En même temps, avec Le Professeur, il faut s'attendre à tout. Dès lors qu'il a appris que vous vous étiez retrouvés, il a du tout préparer, persuadé que vous feriez une erreur et ça n'a pas manqué. C'est sûrement pour ça que les relations étaient interdites, parce que vous étiez tous des bombes à retardement et deux bombes ensemble ne font pas bon ménage, vous deux encore moins. Vous vous êtes accrochés pourtant, surtout toi parfois, surtout elle d'autres fois mais te voilà aujourd'hui, trahi et souffrant, trahi et meurtri. Quand tu regardes à ta gauche, elle est là mais la haine que tu ressentais est toujours présente dans tes veines, peut-être que Le Professeur ne le sait pas mais toi, tu sais à quel point elle vous a trahis, prête à vous balancer aux flics, un à un. Tu tournes alors la tête, pour trouver quelqu'un d'autre, qu'importe qui tant que ce n'est pas la traîtresse du groupe.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 17:05

Tu savais qu'il allait encore t'en vouloir, qu'il allait te haïr à son réveil, qu'il n'aurait pas oublié votre engueulade. Tu n'allais pas te défiler, tu n'étais pas comme ça. T'étais pas du genre à te laisser faire non plus. Tu espérais juste te contenir pour lui, pour qu'il se repose un minimum suite à sa blessure. Mais tu refusais qu'il te manque de respect une fois de plus. Tu n'avais rien fait. Tu ne pouvais pas le prouver, mais s'il était incapable de te croire, tu ne voyais pas le but de votre relation même si tu reconnaissais tes torts. T'avais attendue des heures avant qu'il ne daigne ouvrir les yeux, t'avais pleuré, t'avais souffert, et le voir tourner la tête dans le sens opposé réveillait cette douleur à l'intérieur de toi.

- Contente que tu sois réveillé, lanças-tu d'un air nonchalant.

Tu n'avais pas envie d'exploser de joie à la vue de son comportement.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 17:12

Tu peux pas t'empêcher de lui en vouloir, d'avoir voulu te vendre aux flics, d'avoir fait tout ça pour ça alors que toi, tu pensais juste que son appel était un appel d'amour, t'es tellement naïf quand tu t'y mets. Si tu le dis. tu réponds simplement, même pas certain qu'elle soit vraiment contente en même temps. Elle doit sûrement être déçue de ne pas te voir derrière des barreaux puisque ça compromet sa liberté à elle aussi. Tu en viens à penser au professeur, à Denver, Nairobi, Helsinki, tous encore dehors, qui ne s'attendent probablement pas à ce que la petite tigresse du groupe les ai dénoncés et pourtant, ce doit être le cas non ? Tu ne serais quand même pas le seul à subir ses foudres, si ? T'as perdu toute la confiance que tu pouvais avoir en elle et cette fois-ci, tu n'as même pas d'arme pour te défendre, t'as tout perdu. Tu penses quelques secondes à ton matériel resté là-bas, tout l'argent que tu as emporté, pensant pouvoir lui faire confiance. T'as tout perdu à cause d'elle.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 17:22

Tu soupiras. T'en avais plus que marre qu'il n'arrive pas à te croire, tu voulais crever l'abcès une bonne fois pour toute.

- C'est la dernière fois que je te le dis. Jamais, je vous aurais balancé. Jamais. Par contre, j'ai le droit d'avoir aussi des doutes sur toi. Sur ce qu'à dit ce flic. Mais j'ai pas envie de parler de ça. Faut que tu te reposes.

Quand il avait vu la vidéo avec ses parents lorsque vous étiez à la fabrique de monnaie, tu lui avais bien certifié que s'il vous dénonçait, c'était toi qui te chargerait de lui régler son compte. Tu n'avais pas eu d'autres choix que de lui cacher ça. Parce que tu savais qu'il allait réagir de cette manière, à tirer des conclusions hâtives.

- T'es doué en informatique, à ce qu'il parait. T'as qu'à pirater ma messagerie pour t'en rendre compte. Par contre, c'est fini entre nous.

Tu te redressas, prête à partir. C'était la chose la plus douloureuse que tu avais eu à faire, mais tu ne voulais pas qu'il te dise avant toi. Tu essayais de te persuader que c'était mieux comme ça, parce s'il n'y avait aucune confiance entre vous deux, il n'y avait aucun intérêt à vivre votre relation.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 17:27

T'arrives pas à croire qu'elle puisse penser que t'es dans le coup toi aussi, et pourtant, tu fais la même chose avec elle. T'as pas envie de te reposer toi, t'as envie de comprendre et de lui faire comprendre deux-trois petites choses. Je n'ai jamais été contacté par personne moi, avant de te revoir, personne ne savait où j'étais. Je n'ai jamais téléphone en douce à des flics et encore moins caché un putain de micro. Le flic a menti sur ton cas, oui. Mais le micro lui est bien réel et à part pour être de mèche avec les flics, jamais ta Tokyo n'aurait laissé entrer un flic dans sa maison. Tu ris à ses mots, tourne la tête. Alors c'est fini. t'as déjà piraté son téléphone de toute façon, tu as vu tous ces appels avec ce flic qui t'a choppé alors que tu partais, tu sais qu'elle est coupable, ce n'est plus la peine de faire semblant désormais. Et même si ça te brise le coeur, tu ne la retiens pas quand elle part, votre histoire n'aurait sûrement jamais du commencer, parce que cela t'a conduit dans pas mal d'emmerdes.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you were the one  Mar 8 Mai - 17:51

Tu fronças les sourcils à ses mots avant de croiser les bras sur ta poitrine.

- Tu t'entends cinq minutes ? Ca tient vraiment pas debout ton histoire. Pourquoi j'aurais accepté d'avoir un micro chez moi en sachant qu'ils peuvent aussi m'espionner ? Je vois pas en quoi ça me ferait kiffer d'être écoutée ! Et toi, qui me dit que tu les as pas appelé ? Ou que tu as pas accepté de venir pour me vendre à la police ? Sérieusement tu devrais pas la ramener, je te jure ! lanças-tu les dents serrés par la rage qui t'animait.

T'avais agis impulsivement en mettant un terme à votre relation, parce que c'était pas ce que tu voulais mais tu voulais lui faire comprendre la haine que tu avais contre lui à ce moment-là. Alors que tu lui tournas le dos, tu revins sur tes pas, un sourire fière aux lèvres qui dissimulait ta peine en cet instant :

- Tiens, j'oubliais, ajoutas-tu en lui rendant sa bague que tu posais à côté de lui.

Et tu quittas l'endroit où l'amour de ta vie était.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: you were the one  

Revenir en haut Aller en bas
 
you were the one
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This is our day :: Tokyo & Rio :: Tokyo & Rio-
Sauter vers: