Partagez | 
 

 Demolition lovers

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: Demolition lovers  Sam 19 Mai - 14:12

T'en avais besoin, t'en avais plus que besoin même, c'est tout ce que tu devais faire pour aller de l'avant, tu le sais pertinemment. Parce que tu sais que ta mère t'aime, peu importe ce que tu fais, elle t'a toujours soutenu et tu veux croire qu'elle puisse te pardonner un jour, tu veux y croire. Mais quand Tokyo entre en trombe dans la chambre, tu comprends que ce bon moment ne durera pas, et qu'une bonne chose pour toi en entraîne une mauvaise. Tu la regardes, tu l'écoutes, t'es sous le choc en réalité, tu pensais pas qu'elle écouterait et encore moins qu'elle le prendrait si mal. T'aimerais lui répondre mais t'es séché par ce qu'elle te dit, tu veux croire que ta mère peut te pardonner et qu'elle ne te nuira pas, tu veux y croire parce que c'est la seule personne qui te raccroche à ce que tu étais avant, un bon garçon. Tokyo.. tu tentes en te relevant du lit, restant tout près. Tu veux l'empêcher de partir, tu ne voulais pas que ça se passe comme ça. Elle dira rien, je la connais ! tu ne veux pas la voir t'abandonner. Pars pas, elle dira rien je le sais, tu peux pas partir comme ça.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: Demolition lovers  Sam 19 Mai - 14:22

Alors, t'avais passé une nuit à traîner dans le noir, sans aucune aide de sa part, t'avais dormi seule, t'avais juste passé toutes ces heures à déprimer parce que t'avais eu peur qu'il sombre et en réalité, lui, pendant ce temps, il t'avait juste planté un couteau dans le dos. Tu lui suffisais pas, tu le voyais comme ça. Et il était en roue libre. Il allait te faire tuer simplement à cause de sa sensibilité. T'étais pareille, tu le savais. Mais toi, t'avais plus personne dans ta vie, à part lui. Tant pis, fallait que tu conçoives le fait que t'étais juste bonne à être seule, en vérité. C'était le meilleur moyen de ne jamais être déçue.

- Bien sur que si je peux, tu avais ajouté en plaçant tes affaires dans ton sac.

Tu te dirigeais vers la porte d'entrée.

- T'inquiètes pas, je saurais me débrouiller, si c'est ça qui t'inquiète. J'ai toujours su me débrouiller seule de toute façon et ça changera pas. Je peux juste pas me gérer moi et toi à côté quand tu fais n'importe quoi. Je préfère qu'on arrête là.

Tu avais pris ton téléphone, simplement pour appeler les Russes afin qu'il vienne une dernière fois te chercher. Tu savais pas encore où tu allais, mais t'allais sûrement pas lui dire.

- On aurait dû respecter cette putain de règle dès le départ. Je veux pas que tu commences à me raconter des trucs. T'as déjà tout dit à ta mère, t'as plus rien à me dire.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: Demolition lovers  Sam 19 Mai - 14:27

Elle était là, avec toi, elle t'a vu devenir ce tueur. Elle t'a vu devenir tout ce que tu ne voulais jamais devenir et c'est la raison pour laquelle tu n'as pas réussi à lui parler, par honte sûrement, par peur aussi, par regret. Tu ne pensais pas que ce serait aussi important à ses yeux, tu ne pensais pas qu'elle y tenait tant parce que ton cerveau s'est complètement arrêté de réfléchir correctement et de mettre les bonnes choses à leur place, t'es juste complètement perdu et elle ne fait rien pour améliorer ça, mais tu ne peux pas l'en blâmer. Tu l'as trahie, et elle va partir, tu devras vivre avec ça pour le reste de tes jours, même si t'es pas certain d'y survivre. Je.. t'aimerais dire quelque chose, la convaincre de rester, lui rappeler ton amour, t'excuser, l'embrasser, l'aimer, lui demander pardon, la couvrir de baisers, la supplier. Mais rien, elle te rappelle cette règle stupide et c'est un autre coup que tu te prends. Elle va rien dire. tu répètes alors, comme si cela pouvait changer quelque chose alors qu'elle est là, près de la porte, prêt à t'abandonner.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: Demolition lovers  Sam 19 Mai - 14:35

Tu levais les yeux au ciel. Tu faisais plus confiance à personne si ce n'était au Professeur. Lui au moins il aurait jamais fait des choses comme ça. Tu pensais que tu le connaissais assez pour déduire ça.

- Tiens, garde le. J'en ai plus besoin. T'es pas obligé de m'accompagner, je sais où aller.

Tu lui avais donné ton portable suite à l'appel que tu avais passé aux russes. Tu te dirigeais vers la plage, là où ils allaient arriver. Tu n'avais plus aucun moyen de communication mais quelque part, tu savais que c'était mieux comme ça. Fallait que tu ailles de l'avant et ça passait par couper les ponts avec lui, avec tout le monde.

T'avais agi sous le coup de la colère, peut être que t'allais regretter, sûrement même. Mais tu ne lui pardonnerais pas ça. Tu savais pas si franchement y'avait quelque chose qui pourrait te faire redescendre parce que t'étais déjà bien haut dans les tours. Tu voyais ta mère. Encore et encore. Tout le mal que tu lui avais causé. Et aux autres aussi. Même à Rio. Tu savais que quelque part, c'était aussi un moyen de te punir.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: Demolition lovers  Sam 19 Mai - 14:39

Et voilà, tu te retrouves seul au milieu de tes pensées, son téléphone dans tes mains, plus aucun moyen de la joindre, de la revoir, de la retrouver. Tu ne lui cours pas après, peut-être que tu n'en es capable ou que tu n'en as simplement pas envie, t'es pas capable de déterminer ce qui t'arrive, tu te retrouves simplement assis là à ne plus savoir quoi faire de ta vie, à ne plus savoir où aller et comment avancer. Peut-être que tu devrais appeler le Professeur pour lui en parler, pour lui demander de l'aide ou simplement qu'il veille sur elle mais même ça, tu n'y arrives pas, t'es simplement bloqué, cloué à ce lit dont tu ne peux plus bouger.

Alors tu t'allonges, et reste là à attendre son retour. Bien vite, ta tête se met à travailler pour atténuer la douleur, changeant alors les souvenirs que tu gardes. Tokyo est partie à la plage, elle compte revenir, tu restes au lit pour te reposer un peu plus mais d'ici quelques minutes ou heures, elle sera de retour comme promis. C'est ce que tu gardes en tête, un faux souvenir pour te protéger de la douleur. Elle va arriver.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: Demolition lovers  Sam 19 Mai - 14:55

Tu t'étais laissée entraîner sur ce bateau sans d'autre indication que celle de partir. Ils pouvaient t'amener où ils voulaient. T'en avais plus rien faire. T'étais vidée de tout ce que tu ressentais. Tu recommencerais à zéro, quelque part où personne te recherchait même si c'était complètement improbable puisque tu étais une criminelle. T'y croyais toi, pourtant, tu voulais y croire. Tu pouvais reconstruire quelque chose avec quelqu'un, même si tu savais que tu pourrais plus jamais aimer. C'était fini. Tu n'avais plus rien à l'intérieur de la poitrine. Tout était entrain de pourrir en toi.

T'avais atterie quelques longues heures plus tard aux Bahamas. C'était le cœur lourd où tu allais commencer ta nouvelle vie.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Demolition lovers  

Revenir en haut Aller en bas
 
Demolition lovers
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» ❊ quiet little lovers (14 MOIS)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This is our day :: Tokyo & Rio :: Tokyo & Rio-
Sauter vers: