Partagez | 
 

 you're my savior

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: you're my savior  Sam 19 Mai - 16:56

Te relever de cet évènement, la perte de Tokyo, n'a pas été une chose facile à vrai dire, c'est même plutôt tout le contraire. Tu as tout d'abord passé quelques jours sans sortir du lit avant de te décider à manger quelque chose. T'as eu du mal au début mais petit à petit, c'est revenu. En réalité, ça a duré quelques semaines, cet état de zombie ambulant, quelques semaines avant que tu ne te décides à mettre le pied dehors. Au départ, c'était seulement pour profiter un peu du soleil avant de ne plus le voir, pour toujours, parce que t'avais pris ta décision, tu ne voulais pas d'un monde où Tokyo ne serait pas là, alors le mieux était de ne plus faire partie de ce monde du tout. C'est avec ces pensées en tête que tu l'as rencontrée, juste devant chez toi. Elle visitait et s'est aventurée un peu trop loin et t'a tout de suite abordé. Carla, elle t'a tout de suite envouté, tu ne peux pas dire que c'était de l'amour au premier regard, parce que t'es pas certain de pouvoir ressentir de l'amour à nouveau, comme si ton coeur était en réalité incapable de fonctionner à nouveau. Mais elle t'a sauvé, elle est venue tous les jours te rendre visite, te donner son amour et son soutien et peu à peu, elle t'a sorti des ténèbres où tu t'enfonçais progressivement.

Forcément, tu t'es attaché à elle, vraiment très fort. Tu peux toujours pas dire que t'es amoureux, et elle accepte ça, comme elle accepte tout de toi ou du moins, tout ce qu'elle sait, c'est-à-dire beaucoup de choses. Alors un jour tu t'es levé, tu es parti en avion acheter une bague et tu l'as demandée en mariage, comme tu aurais du le faire avec Tokyo initialement. Vous avez bien vite commencé à tout organiser, à inviter vos quelques amis bien que dans les deux cas, vous n'en avez pas beaucoup. Et maintenant que le jour-J approche, tu te sens beaucoup mieux qu'il y a quelques mois, comme si tu étais un tout nouvel homme, et ça fait du bien.

Tu es devant chez toi, face à la mer, dans votre nouvelle maison. Tu regardes la petite plage et les installations, vous allez vous marier ici et même si tu es stressé, tu as vraiment hâte. Denver vient te taper dans le dos, tu te retournes vers lui, souriant. T'as bien grandi depuis. tu hoches la tête, tu ne peux pas le contredire là-dessus. Toi aussi, papa. tu ris un peu en te retournant, regardant le petit bout qui lui sert de fils sur les genoux de sa mère Monica, vous avez bien avancé en effet. Diego ! Y'a une voiture, tu t'en occupes ? tu te retournes vers Carla, hoche la tête et tape dans le dos de Denver avant de le laisser pour retrouver la voiture et les invités. Les vitres teintées t'empêchent de voir que celle que tu aimes toujours aujourd'hui est à l'intérieur.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 17:53

T’avais décidé de refaire ta vie ailleurs, aux Bahamas, afin de tourner la page sur un livre que tu ne voulais pas ouvrir, sans avoir conscience que tu venais tout simplement de t’enfoncer dans les ténèbres. T’avais une belle maison, un beau jardin, de beaux vêtements, t’étais juste riche alors tu ne pouvais pas être malheureuse. Pendant quelques temps tu avais essayé de garder la tête hors de l’eau mais il fallait croire que tu avais fini par te laisser noyer. C’était comme une punition, ton châtiment pour avoir causé autant de torts à tout le monde. Plusieurs fois t’avais approché le canon froid de ton flingue sur ta tempe, sans jamais réussir à appuyer sur la gâchette. T’étais faible en réalité. Faible depuis que tu étais sans Rio. Ton souffle de vie, l’homme qui avait rythmé tes nuits, qui avait combattu tes peurs, tes doutes, et qui n’était plus avec toi.

T’avais fini par trouver un moyen de l’oublier, et du coup, qui permettait de garder ta cervelle intacte, t’étais tombée dans l’héroïne. T’avais essayé, au début, c’était juste pour tester. T’avais jamais été aussi bien de toute ta vie. Enfin, si, quand tu avais été avec Rio. Mais cette drogue effaçait toute ta douleur, comme si tu ne pouvais que penser à l’explosion de bien être que ça te procurait. T’en étais vite devenue accro. Alors, tu étais devenue une cliente régulière. T’avais de l’argent à dépenser, alors tu préférais la dépenser pour ton bien être, puisque tu n’avais plus personne à gâter. Tu pensais que ça se passerait bien, puis un jour, ton dealer avait tardé à arriver. Tu ressentais les effets du manque, tu revoyais Rio, toute ta souffrance ressurgissait. Quand tu l’avais vu arriver, t’avais pas pu t’empêcher de te jeter sur lui, en colère avant de l’agresser. Au même moment, quelqu’un était arrivé. Tu pensais au départ que c’était ton ange gardien comme celui qui t’avais eu à un moment de ta vie. Tu y avais cru. Et tu étais tombée encore plus bas qu’avant. Tu pensais pas que c’était possible, et pourtant, c’était mal connaître ta vie.

Il était beau, charismatique, un peu plus vieux que toi, il t’avait promis des choses, avait perçu tes démons et les avait caressé, et avait continué à les séduire de sorte à ce qu’ils ne se détachent plus de ta personne. Il ne dirait rien, alors qu’il te connaissait Silene. Il te protégerait si tu restais avec lui. Toi, t’allais rester pour t’endormir encore plus les sens. Tu étais une coquille vide, sans âme. Le seul moyen de te la rendre, c’était de te piquer et que tes veines viennent à aspirer ce délicieux poison.

Tu avais reçu une invitation à un mariage de la part du Professeur. Il était le seul à savoir où tu t’étais cachée, parce que les Russes qui t’avaient amenés lui avait dit. Tu n’en savais pas plus, mais quand tu avais vu la destination, tu te doutais bien de qui il s’agissait. Tu ne ressentais plus rien. Vraiment, plus rien ne battait à l’intérieur. Peut-être que t’avais juste eu envie de doubler les doses pour arrêter ce cœur qui ne cessait que de te ramener toujours vers lui. Tu avais amené ton fiancé pour l’occasion, et après être arrivés, une berline vous avait conduit jusqu’au lieu. Tu avais accepté parce que tu étais persuadée de t’en foutre. Tu voulais juste revoir tout le monde, comme avant. Pour l’occasion, tu t’étais apprêtée. Ton fiancé ne te laisserait jamais sortir autrement, de toute manière.

Tu étais sortie de la voiture suivie de l’homme qui partageait maintenant ta vie. Tu avais pris sa main, lui avait souris, avant de poser tes yeux sur un fantôme qui appartenait au passé et que tu avais aimé plus que ta propre vie, plus que le monde entier, plus que tout l’univers.

- Salut, avais-tu dit en souriant légèrement.
- Bonjour, je suis Armando, le fiancé de Silene, ou plutôt de Tokyo, avait-il lancé avec un sourire amusé. Félicitations en tout cas pour vous deux.

Il connaissait tout de ta vie, et donc que tu étais sortie avec Rio. Mais il ne savait pas à quel point tu l’avais aimé. Tu fus toute de suite accueilli par Nairobi qui avait fondu dans tes bras, heureuse de te revoir.

- Ca fait bizarre de te revoir, tu m'as trop manqué !


Vous avez échangés quelques mots, tu avais pris de ses nouvelles et elle des tiennes, puis tu vins saluer les autres.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 18:06

Tu es prêt de la voiture, ne te doutant pas que c'est elle qui est à l'intérieur, celle qui rendu ta vie plus belle mais aussi plus terrible et plus triste. Celle qui a balayé tes espoirs en rangeant ses affaires et en partant, celle qui t'a permis de rencontrer ta future femme, mais qui a gardé ton coeur avec elle, et l'a emporté où qu'elle soit allée. Elle est belle ta Tokyo, tellement belle que tu pourrais en pleurer et lui sauter dessus mais surtout, elle n'est pas seule. Et cet homme, bien que tu ne le connaisses pas, tu ne peux t'empêcher de le détester de tout ton être, t'as envie de lui arracher les yeux et de le jeter à la mer pour qu'il se fasse manger par les requins. Mais tu te contiens et tend la main pour serrer la sienne. Diego. tu te présentes à ton tour avant de relâcher ta main pour la mettre dans ta poche, évitant de trop regarder Tokyo, évitant de repenser à tous ces sentiments que te submergent par le simple fait de la voir devant toi, de la voir accompagnée. Tu n'as rien à dire, elle est ici parce que tu vas te marier alors forcément, tu ne peux rien dire ni en vouloir à personne et pourtant, t'as mal. C'est comme si cette douleur enterrée grâce à Carla revenait d'un seul coup parce qu'elle est là et que ton coeur se souvient ce qu'il ressent pour elle. Merci. Et félicitations à vous aussi. t'iras pas jusqu'à dire qu'ils forment un beau couple, tu le penses pas le moins du monde. T'as pas le temps de trop réfléchir de toute façon que Nairobi saute sur Tokyo, ça ne t'étonne pas, elle attend ça depuis son arrivée ici, retrouver son amie. Intérieurement, toi aussi tu attendais ça mais ce n'est pas la même chose. Alors tu les laisses un peu et retrouve les autres, avant que Carla ne vienne te rejoindre, un sourire aux lèvres, passant un bras autour de toi. Tu lui embrasses la tempe avant de finalement t'écarter d'un pas quand Tokyo revient, tu ne peux pas t'en empêcher. Carla ne le remarque même pas et te tire vers Tokyo pour faire les présentations, sans savoir que la femme qui se trouve devant elle est la femme que tu aurais du épouser. Bonjour ! Je suis Carla, la future mariée. Enchantée ! Mon coeur, tu fais les présentations ? tu souris, force un sourire plutôt avant d'hocher la tête. Silene, Carla, Carla, Silene. simple mais efficace. Tu t'attends pas vraiment à ça mais Carla en vient à prendre Tokyo dans ses bras. Merci d'être venue, je suis tellement contente d'enfin rencontrer les amis de Diego. Tes amis, ils sont là en effet. Mais Tokyo est tout sauf une amie à tes yeux. Ça non plus, t'as pas le temps de le dire à la pile électrique qu'est Carla parce que deux secondes plus tard, elle se retrouve à rire avec le petit de Denver et toi, tu te retrouves avec Tokyo. C'est cool que tu sois venu, merci. Armando semble être... un chic type. t'en penses pas un mot mais il faut bien faire la conversation.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 18:48

Quand tu avais recroisé le regard de Rio, t’avais essayé de garder ton calme, après tout, il te faisait plus aucun effet, non ? T’étais passée à autre chose dans les bras de ton mafieux qui achetait ton amour avec de la drogue. Tu l’aimais finalement. Ouais, tu l’aimais rien que parce qu’il t’accordait quelque part, des moments de bonheurs. C’était complètement tordu, mais tu t’en fichais maintenant. Tu pouvais plus retourner en arrière. C’était fini. Il y avait plus rien dans ton regard. Il était éteint, et même ton sourire sonnait faux. Tu n’étais plus rien, et t’avais l’impression que tu tenais debout par le Saint-Esprit. Tu l’avais entendu se nommer Diego, et tu compris directement pourquoi. Il avait surement utilisé le faux prénom donné par Le Professeur pour qu’il passe incognito. Toi, t’avais pas besoin en fait. T’étais en sécurité, maintenant, c’était tout ce que tu avais voulu finalement.

T’avais revu les autres, t’avais donné pas mal d’accolades. Et même ça, t’arrivais plus à le ressentir. C’était étrange d’être morte et pourtant en vie. C’était étrange de se laisser aller à des vraies visages heureux quand toi tu voulais juste crier et partir.

Carla, la future mariée, était belle. Non, elle était magnifique. Elle avait l’air adorable et tu la détestais d’être si parfaite, le genre de filles que tu aurais aimé être pour Rio. Tu l’avais entendu l’appeler « mon cœur » et tu t’étais sentie plongée quand elle avait ajouté « ami ». T’avais peut-être été que ça finalement, une amie au bout du compte, et rien d’autre. Surement pas autre chose maintenant.

- Je suis contente aussi de te rencontrer, félicitations à vous deux, avais-tu ajouté en les regardant tous les deux.

C’était dur de le dire, comme si ces mots t’avaient écorchés la bouche. Elle était partie rapidement, trop vite pour que tu n’aies le temps de rejoindre ton fiancé. Tu étais maintenant en face de ton ex petit ami. De ton amour déchu.

- Oui, il est adorable, répondis-tu en regardant ta bague.

T’oubliais souvent que tu étais en couple et fiancé. Parce que dans ta tête le mot couple avait résonné qu'avec Rio, qui était maintenant qu’un simple ami.

- T’as l’air heureux. Je suis contente pour vous deux. Tant mieux que tu aies pu trouver l’amour et que tu puisses enfin te marier.

Ca faisait écho à votre histoire, forcément, celle que tu n’avais jamais pu vivre.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 19:01

Tu regardes sa bague en même temps qu'elle la regarde, vous avez tous les deux tourné la page visiblement même si au fond, pour toi, ce n'est pas le cas. Tu sais que tu ne pourras jamais tourner véritablement la page sur votre relation, même avec tous le désir du monde, même avec du courage, c'est simplement impossible. Tu relèves les yeux vers Armando, tu n'aurais pas utilisé le mot adorable pour lui, ce n'est pas l'image qu'il reflète mais après tout, tu ne le connais pas et ne peut pas te permettre de juger. Tes yeux retournent sur la bague qu'elle porte au doigt, tu ne pensais pas voir ça, la voir fiancée à un autre, elle qui a toujours refusé tous les engagements possibles. Sûrement que tu n'étais pas le bon, c'est tout, sûrement qu'Armando lui correspond plus que tu n'aurais jamais pu le faire, malgré tous tes efforts pour la rendre heureux, pour être la personne adorable qu'elle voudrait épouser un jour. Tant mieux alors. tu l'écoutes, ne peut même pas sourire à ces mots. Tu n'es pas heureux, pas pleinement, c'est peut-être l'image que tu renvoies mais le bonheur t'a quitté depuis bien longtemps, depuis son départ en réalité. De même que tu n'as pas trouvé l'amour, tu t'es contenté d'accepter ce que la vie souhaitait placer sur ton chemin, tu t'es résigné. C'est gentil, je suis content que tu sois là, je pensais pas que tu viendrais. tu lui avoues alors avant de soupirer. Il faut que tu lui demandes quelque chose et tu sais pas vraiment si t'es prêt pour ça. Mais il le faut. Ecoute.. Carla ne sait pas que toi et moi on a eu une aventure. J'aimerais que ça reste ainsi. tu lui demandes alors, relevant les yeux pour regarder tes amis, évitant à tout prix le sien, de regard.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 19:17

Tu fabulais complètement sur ton couple, parce qu’Armando était du genre à vouloir sauver les apparences, mais la vérité était que la plupart du temps il t’utilisait. Et tu pouvais rien faire. Parce qu’il avait ce que tu voulais, alors tu lui donnais ce que lui il voulait. Il pensait peut-être que tu tombais amoureuse de lui, en tout cas tu pouvais plus rien ressentir même si tu lui montrais le contraire.

- Je suis venue parce que je t’ai toujours dit que tu pouvais compter sur moi. Et je voulais revoir les autres aussi.

C’était vrai. Autant t’avais coupé les ponts, autant pour des évènements comme celui-ci t’aurais pas juste pu dire que tu n’y serais pas allée. Même si ça te déchirait.

- Puis, aussi parce que je compte te voir au mien, sourias-tu.

Encore un faux sourire. Tu transpirais l’hypocrisie. Ca t’avait jamais ressemblé, mais les choses étaient différentes maintenant. Ca te donnait une consistance, t’avais moins l’impression qu’on pouvait te piéger à ton propre jeu. Tu t’étais soudainement senti défaillir quand il avait employé le terme « aventure » à votre histoire. Il aurait sorti un truc comme ça quand vous étiez ensemble, tu te serais surement énervée. Mais la drogue te rendait plus calme, et puis, tu étais passée à autre chose, n’est-ce pas Tokyo ?

- Je compte rien dire. Après tout, on a chacun notre vie maintenant. Armando est au courant mais il sait qu’il a pas à s’en faire et que c’est du passé. Je compte pas détruire ton bonheur, de toute façon et c’est pour ça que je suis là.

Tu étais persuadée que c’était le cas, qu’il comptait plus du tout, et que tu voulais pas prendre la place de Carla. Tu te mentais, mais tu ne pouvais plus revenir vers lui. Parce que tu étais détruite, que ta vie était fichue et que tu pouvais plus imposer ça.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 19:35

Tu n'iras pas au sien, tu le sais déjà. Tu l'as invitée par politesse à ce mariage mais tu sais pertinemment que tu n'iras jamais la voir épouser un autre, c'est au-dessus de tes forces et t'es pas prêt à repasser par les ténèbres qui ont failli t'engloutir tout entier. Tu comprends peu à peu, que la raison pour laquelle tu refuses d'ores et déjà de te rendre à son mariage, c'est parce que tu l'aimes et tu réalises ainsi que ce n'est plus le cas de son côté, elle ne t'aime plus. Et tu vas devoir te faire à l'idée, même si c'est assez difficile à digérer compte tenu de ce que toi tu ressens encore. J'en discuterai avec Carla, d'ici là. tu n'en parleras pas, c'est hors de question, t'as pas l'intention de t'y rendre et de souffrir encore plus, de faire revenir les mauvaises pensées simplement parce que t'es amoureux d'une femme que tu ne pourras jamais avoir dans ta vie, parce que t'es pas son homme idéal. Pire encore, que désormais elle l'a trouvé. C'est gentil. tu réponds alors avant de regarder les invités et de voir le signe de Carla qui te fait comprendre que tu dois leur montrer leur chambre, comme tu l'as fait avec chaque invité. Bon, si tu veux bien me suivre que je te montre votre chambre du coup. Tu pourras y poser les affaires. Vous pouvez rester autant que vous voulez, Carla a prévu trois jours mais je sais que Nairobi reste un peu plus pour visiter l'île donc c'est à vous de voir, vous êtes les bienvenues. Voilà ce que tu as du sortir à chacun et qui te semble si faux face à Tokyo. Tu rentres alors dans la maison, cette fois-ci, tu as une maison entièrement décorée bien que tu ne t'en sois pas occupé. Donc, voilà la maison. tu expliques alors avant de passer par un couloir menant vers les différentes chambres. Tu montres une pièce. Ça, c'est votre chambre, j'espère que vous y serez bien. t'aimerais bien y être avec elle plutôt mais ça, tu ne peux pas l'exprimer.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 19:56

Tu pouvais pas lutter, tu le sentais pas mais une partie de toi se débattait pour lui faire aussi mal qu'il le faisait. Tu voulais pas te marier, en réalité, t'avais juste accepté sa demande par dépit pour qu'il te fiche la paix et qu'il ne déverse pas ses nerfs en te privant d'Héroïne. A la base, la seule drogue que tu administrais dans ton corps c'était Rio. Sans lui, t'avais du trouver une autre échappatoire. Tu l'avais quitté parce qu'il était allé trop loin, mais tu avais vite regretté. Alors, pour arrêter d'avoir des remords, t'avais juste effacé ta culpabilité.

Tu le laissais t'amener dans la pièce qui serait votre chambre avec ton fiancé. A vrai dire, tu savais pas si tu allais rester longtemps. T'avais pas envie de croiser Rio et t'avais envie de te défoncer tranquille. Fallait que tu en discutes avec Armando, parce que de toute façon, il te laissait jamais le choix. Et t'avais aucun intérêt à le contrarier.

- Carla est douée pour la décoration,
avais-tu ajouté sincèrement.

Cette femme était vraiment parfaite, en tout point, tu pouvais pas rivaliser et tu savais que c'était pas Rio qui s'en était chargé puisqu'il n'aimait pas décorer. Mais une question te brûlait les lèvres.

- Pourquoi t'es pas resté dans ton ancienne maison ?


T'avais demandé ça naturellement, de toute manière, t'avais jamais su prendre de gants et ça ne changeait pas aujourd'hui. T'étais mal à l'aise à l'idée de te retrouver avec lui de manière aussi intime, sans savoir vraiment pourquoi. Tu savais mais t'avais pas envie de le réaliser. Tu le trouvais si beau, que tu aurais pu l'embrasser en fin de compte. Tu pourrais surement écouter cette voix qui te faisait espérer qu'un jour, tu le retrouverais. Tu étais en train de délirer, en fait.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 20:03

Être à côté d'elle, simplement tous les deux, te ramène au temps où vous étiez encore amoureux, où vous étiez encore heureux ensemble même si votre relation a toujours été compliquée. Tu n'as jamais voulu que les choses se terminent ainsi mais elle est partie et tu n'as pas su la retenir avant de n'avoir plus aucun moyen de la recontacter. La voir ici est alors très difficile pour toi, une partie de toi a l'impression de la retrouver alors que l'autre sait pertinemment que ce ne sera jamais le cas, que jamais vous ne vous retrouverez, votre histoire est terminée malgré le bonheur qu'elle t'a procuré. Oui je trouve aussi. tu apprécies beaucoup la décoration même si au fond, tu t'en fiches un peu. Elle s'est démenée pour faire de cette maison un endroit où tu puisses te sentir bien, comme elle s'est démenée pour tout ce qu'elle a fait avec toi malgré la difficulté de la chose, parce que tu ne lui as pas rendu la tâche facile à vrai dire.

Tu soupires à sa question, il fallait bien qu'elle arrive mais tu ne peux pas lui répondre franchement. Tu ne peux pas lui dire que tu la voyais à chaque recoin de la maison, que tu avais encore son odeur dans tes draps et que tu ne supportais pas de rester là-bas parce que tout te ramenait à elle et à votre histoire. Tu ne peux pas lui dire que le sang sur ton parquet n'est jamais parti, que l'impact de balle sur le mur ne sera jamais réparé, et que ton coeur est brisé à tout jamais, tu ne peux pas lui dire toutes ces choses. On voulait se rapprocher de la mer. tu réponds alors, ce qui n'est pas tout à fait faux non plus en réalité, même si les véritables raisons ne sont pas là. Personne ne m'a trouvé, si c'est la question que tu te poses. tu ajoutes alors, repensant à la raison qui a fait qu'elle est partie. C'est sûr que tu aurais pu déménager pour ça mais tu avais raison sur ta mère, elle n'a parlé à personne, s'est contentée de garder ce secret. Tokyo aurait pu rester.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 20:18

A vrai dire tu pouvais pas t'empêcher de la détester, sa fiancée, parce que tu ne voulais pas voir Rio avec quelqu'un d'autre que toi, en réalité. Tout ça te donnait encore plus envie de partir. Tu savais que tu pourrais pas le supporter, et en même temps, tu savais que même si ça te faisait du mal, tu aimais bien le sentir près de toi même si tu te limitais au strict minimum. Pas de contact physique, parce que ça t'effrayait bien trop. Tu ne te faisais pas confiance en réalité, t'avais juste peur de ne plus jamais le lâcher. Il ne fallait pas. Tu devais te contenir. Et comme t'étais faible, tu ne t'avouais pas que tu l'aimais encore, et que même tu crevais d'amour pour lui, que personne ne pourrait changer ça.

Tu hochais la tête à sa question même si tu savais qu'il te cachait des choses, parce que tu t'imaginais bien que toi si t'avais été à sa place, tu serais partie aussi, ne supportant pas d'avoir à subir son absence au milieu de toutes les pièces qui étaient imprégnées de sa présence. Mais peut-être que tu te trompais, dans tous les cas, c'était plus tes histoires.

Puis, quand il ajouta que personne ne l'avait retrouvé, tu avais revu votre rupture. C'en était la cause. Tu l'avais quitté en pensant qu'il avait voulu te trahir et vous mettre en danger. Et rien de tout ça n'était arrivé, t'aurais peut-être pu être la future mariée du coup. Tu essayais de garder un rythme respiratoire normale.

- Tant mieux, de toute façon si c'était le cas tu serais pas ici et bientôt marié à Carla. T'avais raison.


Tu pouvais t'empêcher de penser à ta connerie. T'allais pas lui dire que tu regrettais, parce que tu ne saurais plus quoi faire de tes remords si ce n'était les noyer dans un petit fixe. Tu allais finir par tomber en morceaux devant lui.

- Tiens, au fait.

Tu ouvris ton sac à main avant de lui tendre. C'était un cadeau pour lui que tu lui avais emballé.

- Tu l'ouvriras après le mariage.


C'était ton ancien collier que tu avais récupéré suite à votre rupture. Tu n'avais que ça à lui offrir de sincère, et puis, il avait toujours été destiné à Rio. Tu voulais qu'il vienne à l'ouvrir après parce que tu avais peur que ça ne bouleverse la cérémonie.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 20:25

Si elle n'était pas partie, tout aurait pu être différent, vous ne seriez pas là gênés tous les deux à ne pas savoir quoi vous dire, vous seriez en train de profiter de vos amis, main dans la main, toujours aussi amoureux. Ça tient pas à grand chose le bonheur il faut croire mais en un appel ridicule, qui t'a permis de t'enlever un poids, t'as tout perdu, en ajoutant un encore plus gros sur ta poitrine, un qui t'a conduit à ne plus supporter ta vie au quotidien. Tu as envie de lui dire quelque chose de plus, de trouver les mots justes pour lui faire comprendre ce que tu ressens mais elle te tend un cadeau que tu regardes et tu perds une nouvelle fois le fil de tes pensées. D'accord, c'est gentil. tu le gardes à la main, respectera son choix de ne pas l'ouvrir avant le mariage. Quatre jours c'est pas si long. T'aurais pu rester, en fin de compte. tu lui fais alors remarquer en un haussement d'épaules. C'est l'idée la plus stupide que tu aies pu avoir, de lui dire des choses comme ça alors que tu vas bientôt te marier. Pardon, j'aurais pas du dire ça, c'est pas ce que je voulais dire. c'est exactement ce que tu voulais dire, tu voulais lui rappeler qu'elle aurait pu être cette femme en blanc et que même aujourd'hui, si elle te le demande, tu peux faire d'elle ta femme parce que tes sentiments sont toujours aussi profonds. Et en même temps, est-ce une bonne idée après tout le monde que vous vous êtes faits ? Tu devrais comprendre que votre relation ne fonctionnera jamais, que vous êtes bien trop différents pour vous supporter au quotidien, et qu'avec Carla au moins, même si tu n'es pas amoureux, t'arrives à vivre un peu de bonheur.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 20:40

Tu baissais les yeux suite à ce qu'il ajouta. Il avait raison, encore une fois. Tu savais pas quoi dire, après tout, t'étais tellement instable que tout ce qui aurait pu lui arriver de mieux, c'était elle. Et pas toi. L'air de rien, tu entendais sa rancoeur derrière ses mots, et c'était complètement justifié. Tu aurais pu rester, te marier avec lui comme tu lui avais dit juste avant, t'avais vraiment été prête à enfiler une bague et juste à l'aimer.

- Non, c'est... C'est pas grave,
tu avais ajouté, déstabilisée par sa remarque.

Tu avais du mal à retrouver le fil de tes pensées, mais tu voulais pas qu'il vienne penser que vous étiez faits l'un pour l'autre, même si intimement, tu avais toujours pensé que vous étiez des âmes-soeurs. Tu voulais vraiment qu'il se concentre sur Carla, juste histoire de te punir un peu plus parce que tu l'avais cherché.

- T'es heureux maintenant, c'est tout ce qui compte, j'espère juste que tu arriveras à me pardonner mes erreurs même si... ce sera plus comme avant.


C'était plus comme avant parce que vous aviez tous les deux de nouveaux partenaires, une nouvelle vie, et que vous étiez maintenant séparés. Tu sentais toujours cette tension entre vous. Cet proximité invisible qui t'attirait vers lui comme un aimant.

Puis, Armando était arrivé, coupant court à votre discussion. T'essayais de revenir à la réalité.

- C'est notre chambre ? Je sens qu'on va bien s'amuser, hein, Silene ? lança-t-il en rigolant en t'attirant vers lui, la main sur ta hanche.


Il avait détaché juste après son étreinte pour venir poser vos bagages, et toi tu t'étais simplement éclipsée avec les autres, essayant de ne plus penser à Rio, et son visage d'ange.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 20:51

Tu as fait une tentative mais ce qu'elle te renvoie ne te donne pas envie de lui exprimer un peu plus les choses, tu comprends cette fois-ci véritablement qu'elle ne veut plus de vous et c'est ainsi, il faudra que tu t'y fasses. Au fond, tu aurais du le prévoir dès le début. Quand elle n'a pas assumé être avec un gamin, quand elle a refusé ta demande, quand elle a avorté de votre enfant, quand elle est partie. Elle n'a certainement jamais voulu de toi pour la vie, tu l'as remarqué seulement un peu trop tard, c'est tout. Tu t'écartes quand son fiancé arrive et rêverait de pouvoir te boucher les oreilles pour ne pas à avoir à entendre ça, et à te mettre à imaginer des tas de choses, c'est difficilement supportable. Je vous laisse moi. que tu lâches alors avant de t'éclipser presque en courant pour les fuir, fuir ce couple, fuir leur bonheur, fuir ton amour. Tokyo ne descend pas longtemps après toi en fin de compte, mais tu l'évites, restant le plus possible avec Carla à l'écouter raconter votre rencontre au Professeur. C'est bien qu'il se soit trouvé une femme de son âge. que tu entends, te retournant d'un seul coup pour regarder le Professeur, les yeux écarquillés. Tu peux pas t'empêcher de tourner les yeux vers Tokyo, après t'être assuré que Carla n'ait rien remarqué à ce léger moment gênant. Elle est belle ta Tokyo, son sourire est magnifique et tu ne peux t'empêcher de l'imaginer en robe blanche, un sourire aux lèvres, ta bague à son doigt. Tu soupires, écoute à moitié la discussion, te sent de plus en plus fatigué. Ça arrive souvent, tu n'es pas capable de rester la journée tout entière à converser avec des gens et à sourire, la dépression toujours présente dans ta tête comme un poison dont on ne pourrait se détacher, c'est difficile pour toi de rester debout à plaire aux gens pendant des heures d'affilée alors tu t'éclipses au salon, embrassant Nairobi au passage alors qu'elle a déjà bien attaqué l'apéritif. T'es prêt à t'allonger sur le canapé quand tu entends des pleurs. T'as cet instinct en toi alors tu te relèves et dirige vers la chambre où vous avez installé le petit de Denver pour qu'il puisse se reposer. Tu laisses la porte entrouverte mais te dirige vers le petit lit. Hey bonhomme, c'est quoi ce gros chagrin ? que tu demandes en l'attrapant pour le bercer un peu, commençant doucement à lui parler, à lui raconter des histoires pour le calmer.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 21:28

T'avais pas voulu que Armando vienne, en réalité, t'aurais pu rester des heures avec Rio à parler même si tu savais que toutes vos discussions ouvraient chacune de vos blessures encore à vif. Tu étais tellement gênée qu'il se comporte comme ça avec toi mais bon, il aimait toujours faire savoir que tu étais à lui. Tu essayais de l'éviter un peu maintenant que tu pouvais profiter de tes partenaires. Tu avais quand même le droit à un peu de bonheur toi aussi, et tu pouvais au moins éviter Armando sans que ce soit pris comme un affront. Non, d'apparence tu essayais juste de passer un bon moment, rien de mal, mais au fond, tu t'en servais contre lui. Quand tu sentais ses mains sur sa peau, t'avais l'impression que tu pouvais déclencher une allergie suite à son contact. C'était loin d'être agréable, et pourtant, c'était maintenant l'homme de ta vie.

Tu avais parlé au Professeur, à Denver et à Monica, et pour finir avec Nairobi, ta meilleure amie qui t'avait supporté malgré tout. Tu souriais, rigolais avec elle, même si toutes tes pensées étaient absorbées vers Rio. Tes yeux se baladaient l'air de rien vers lui, pour revenir vers Nairobi, et vers Armando, qui lui, avait toujours un oeil sur toi. Tu avais présenté ton fiancée à ta meilleure amie qui était folle de joie pour toi, tandis que tes yeux criaient au secours.

T'avais juste envie d'aller prendre ton aiguille dans ta chambre quand t'étais passée devant celle de l'enfant de Denver. Tu avais entendu la voix suave de Rio le réconforter. Et tu revoyais l'enfant que tu avais tué en toi, privant ton ancien petit ami de son désir d'être père. Tu le regardais le bercer. Tu luttais en toi, il fallait que tu arrêtes, que tu partes à tes occupations, mais en réalité, tu pouvais pas.

- Il est mignon, leur enfant.


Tu te tenais dans l'encadrement de la porte.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 21:39

Tu lui racontes des histoires de princes et de princesses, tentant de calmer ses pleurs par ta voix et par le mouvement de tes bras alors que tu le tiens contre toi, tout sourire, t'es tellement attendri en réalité, t'aurais tellement aimé avoir une chambre dans cette maison pour ton enfant à toi. Alors tu profites de ces quelques jours pour exprimer ton affection pour les enfants, et peut-être qu'un jour, avec Carla, tu en auras. Tu sais qu'elle désire une famille autant que toi, vous en avez souvent discuté, et pourtant t'as du mal à t'imaginer père d'un enfant qui n'est pas également celui de Tokyo.

Heureusement que tu te maîtrises parce qu'en entendant la voix de Tokyo, tu aurais pu sursauter, mais ça n'arrive pas. Tu te contentes de te tourner doucement, un sourire aux lèvres, le petit dans les bras. Ouais, il est vraiment adorable. tu réponds alors en le regardant avant de relever les yeux vers Tokyo. Tu cherchais quelque chose ? tu demandes alors, ne comprenant pas ce qu'elle fait ici alors que tous les autres sont encore à l'extérieur.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 21:47

Tu regardais l'enfant, et Rio. Tu pouvais pas t'empêcher de voir ce que vous auriez pu être si tu avais gardé le tien. Tu n'avais jamais douté qu'il puisse être un père formidable. il était tellement tendre, affectueux, que votre enfant aurait pu être comblé. Et toi, t'aurais été une mère catastrophique, c'est clair. Tu ne te faisais confiance en rien. T'esperais que le jour où Armando te demanderait une telle chose n'arriverait jamais. Parce qu'il serait bien capable de t'y obliger pour satisfaire ses envies personnelles.

- Non, j'allais juste chercher mes clopes dans la chambre, en fait, mais si je te dérange, je peux y aller.

T'aurais préféré que ce soit que des cigarettes en réalité. T'avais envie d'imprimer cette image de Rio dans ton esprit juste parce que ça te faisait du bien de le voir si insouciant en cet instant.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 21:52

tu la regardes, t'as pas envie qu'elle parte, pas du tout même. T'aimerais qu'elle reste ici pour toujours à vrai dire. Non non reste, entre et ferme la porte. tu lui proposes alors en t'asseyant sur le bout du lit, gardant le petit bout dans tes bras. T'as du mal à décrocher ton regard de lui à vrai dire, t'imagines tout ce que Tokyo et toi auriez pu être et c'est plutôt douloureux. Ils ont beaucoup de chance. tu chuchotes en regardant le bébé s'endormir en écoutant vos voix, comme quoi il avait juste besoin d'un peu d'attention, Monica te l'avait dit, elle connaît bien son fils. Tu ne sais pas trop quoi dire à Tokyo, tu sais que tu dois te comporter comme un ami pour elle mais tu n'en es pas capable, t'as juste envie de lui hurler des je t'aime à tout bout de champ et de l'embrasser, ses lèvres te manquent tellement à vrai dire. Carla t'adore. c'est d'ailleurs assez comique mais bon, Carla aime tout le monde et visiblement, elle a flashé sur celle que tu aimes toujours, drôle de situation mais mieux vaut ça que l'inverse, tu le supposes en tous cas.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 21:59

Tu savais que c'était pas une bonne idée du tout que d'entrer et de fermer la porte, parce que vous étiez tous les deux, et que tu sentais déjà ton cœur s'accélérer. Il ne s'activait comme ça qu'avec Rio. Ça te faisait bizarre, comme si la machine repartait après des mois de panne.

Tu vins le trouver sur le lit, regardant l'enfant de Monica. Tu ne pouvais pas t'empêcher de le trouver beau et adorable même si t'aimais pas franchement les enfants. Surtout pas dans votre monde.

- Ça change, ça fait plaisir, sourias-tu.

En réalité, tu t'en fichais bien qu'elle t'adore ou non. Toi tu l'aimais pas. Par pur jalousie. Ça pourrait pas être autre chose dans ta tête bien que tu t'efforcais de l'apprécier pour Rio. Il passerait toujours avant.

- Je peux ? Demandas-tu à Rio en tendant tes bras pour le bercer à ton tour.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 22:04

T'as le coeur qui se met à battre à plusieurs kilomètres heure d'un seul coup, ça fait tellement longtemps que t'as pas ressenti ça en réalité. Tu aurais du t'en douter, qu'en revoyant Tokyo, tu serais forcément sur un petit nuage de bonheur, elle a toujours réussi à te faire ressentir des choses que tu pensais impossibles, elle a visiblement toujours ce pouvoir sur toi. Tu souris quand elle s'assied à tes côtés et vient délicatement lui donner le petit garçon. C'est beau comme vision, et ça te perd un peu dans tes pensées à vrai dire. T'aimes les enfants maintenant ? tu demandes alors, imaginant cette scène tout à fait différente, imaginant vos amis venus pour votre mariage à vous, imaginant votre petit garçon à vous, votre amour à vous, la décoration faite par Tokyo, imaginant cette vie dont tu rêves secrètement mais que tu ne peux plus avoir. Tu regrettes de l'avoir invitée d'un seul coup, parce que tu sens que tu es en train de perdre pied et tu as peur de ne plus réussir à épouser Carla si tu passes trop de temps avec Tokyo. Alors tu te relèves, comme si on t'avait piqué, et te met un peu plus loin dans la pièce, évitant ainsi de sentir cette tension entre vous, toujours existante.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 22:14

Toi, t'aimais les enfants des autres, ça t'avait jamais dérangé, même si tu avais peu de patience. On pouvait dire que t'aimais les enfants sages et c'était tout.

- J'aime les enfants, c'est plus que je me vois pas être mère.

Et pourtant, quand cet enfant était dans tes bras, tu t'imaginais, plusieurs années plus tard dans la même position mais avec un petit être qui serait le tien et celui de Rio. Tu te voyais pas avec Armando. Qui sait, peut être que t'allais changer un jour quand t'arreterais d'être aussi imprévisible.

T'avais senti Rio prendre de la distance abruptement, sans vraiment comprendre la raison. Après tout, il n'y avait plus rien entre vous, tu ne comptais pas lui sauter dessus. Enfin, tu essayerais de pas le faire. Tu posais délicatement le bébé dans son berceau afin qu'il puisse continuer son sommeil quand tu reposas ton regard sur Rio.

- Carla veut des enfants?

T'avais peur que la réponse ne vienne te faire du mal, parce que ça confirmerait encore une fois qu'elle était juste faite pour lui.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 22:25

Tu fermes les yeux quelques secondes, tente de penser au mal que t'as enduré pour simplement ne pas la supplier de revenir dans ta vie, t'en serais capable en réalité. T'en fais encore des cauchemars aujourd'hui, beaucoup moins qu'avant mais tu sais que tu ne l'oublieras jamais, que les blessures dans ton coeur resteront intactes jusqu'à la fin de ta vie, c'est ainsi on n'y peut rien. Carla le sait également, et elle l'accepte, ce qui te convient. Tu la regardes reposer le petit, plus que quelques secondes et tu pourras aller t'enfermer dans la chambre, oublier tout ce que tu ressens le temps de quelques heures, le temps que tu te reposes un peu.

Sa question te prend de court, tu ne t'attendais pas à ce qu'elle la pose et tu te retrouves là, les bras ballants à ne pas savoir quoi répondre, mentir ou non. Tu la regardes, mentir n'est pas nécessaire, elle t'a oublié désormais. Oui. Après le mariage sûrement. t'oses pas la regarder. T'as honte et tu culpabilises alors que tu ne devrais pas, vous avez continué vos vies, visiblement elle plus que toi, c'est ce que tu ressens en tous cas. Et Armando ? Il est comme toi ? Je veux dire, il veut pas d'enfants ? Parce qu'après tout, peut-être qu'elle a trouvé l'homme parfait pour elle, finalement.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 22:33

Tu sentais la jalousie te gagner, t'aurais juste eu envie de faire un scandale, de crier, de pleurer, alors que tu t'étais persuadée que ça te faisait rien. Tu savais plus où tu en étais.

Tu avais hoché la tête, un sourire triste s'était dessiné sur ton visage.

- Au moins, tu pourras être père vu que c'était ton désir.

Tu avais du mal à soutenir son regard quand il t'avait parlé d'Armando. Vous n'en aviez jamais discuté. Tu ne savais pas et en réalité, t'avais pas envie de savoir. De toute manière, tu savais que t'étais avec lui simplement pour entretenir ton addiction et donc avoir un enfant avec lui serait juste impensable. Puis un père mafieux, sérieusement, ça donnerait quel genre de vie pour un enfant ?

- On en a jamais discuté. Je pense que dans tous les cas, ce sera après le mariage aussi. Je me vois mal en robe de mariée avec un ventre énorme.

Tu avais émis un petit rire avant de regarder Rio.

- Vous partez où en lune de miel ?

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 22:38

Tu discutes avec elle normalement, comme si de rien n'était mais plus vous parlez, plus ton coeur s'ouvre pour laisser sortir toute ta peine qui te monte à la gorge et qui vient te prendre tout entier, tu n'y arrives pas c'est tout, c'est trop difficile à supporter tout ça, tu pensais être prêt, tu n'y avais jamais vraiment réfléchi à vrai dire mais tu te rends compte que tu n'en es pas capable. Tu te contiens du mieux que tu peux mais avec cette dernière question, dont tu te fous complètement parce que vous avez pas décidé, et parce que t'as pas envie, t'as plus envie, tu ne peux plus. Arrête stop. S'il te plaît. tu demandes alors en te passant une main sur le visage. Je peux pas Tokyo d'accord ? Je peux pas faire comme si de rien n'était. Stop, je peux pas je suis désolé. tu lui expliques alors, tes pensées complètement mélangées et perdues alors que tu te diriges vers la porte. Retourne avec les autres, je... je vais me coucher un peu. tu vas la fuir du mieux que tu peux en tous cas. Tu soupires, prends doucement ta respiration et sort en trombe de la chambre pour rejoindre la tienne de l'autre côté, t'es pas capable de rester plus longtemps avec elle parce qu'elle est en train d'engloutir le reste d'âme qui te restait. Et t'as mal. Quand t'arrives dans le lit, tu dois prendre le temps de respirer, t'es à deux doigts de suffoquer, la dépression est un poison qui est en toi et qui gagne des points chaque fois que tu penses à elle alors ce soir, elle a gagné une bataille.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 22:47

Franchement, tu le prenais quand même mal parce que c'était lui qui t'avait invité et là, il te disait juste que vous ne pouviez pas discuter comme deux personnes normales ? T'avais juste eu envie d'oublier pendant un instant à quel point tu lui avais fait du mal et encore, tu ne savais pas tout.

T'avais fermé la porte derrière toi, et tu t'étais directement réfugiée dans ta chambre alors que tous les autres étaient encore dehors. Toi, tu avais préparé tout ce qu'il te fallait pour oublier Rio. Oublier tes sentiments et tout le reste. Parce que t'avais mal et que tu pouvais juste plus le supporter. Le poison s'était doucement insinuée dans les veines de ton bras et tu étais partie ailleurs.

T'étais tellement bien que quelques minutes plus tard, t'avais pu profiter de la compagnie des autres sans penser à tout le mal que tu venais de vivre. Tout était fini, éteint et tu redevenais la personne insensible qu'on te connaissait.

Tu avais rejoins Armando dans le lit alors qu'il était très tard dans la nuit, et tu lui avais donné de l'affection. Parce que c'était tout ce qu'il voulait de toi. Mais tu t'en fichais. T'étais absente. Et tu te laissas sombrer dans le sommeil.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: you're my savior  Sam 19 Mai - 22:54

T'as pas pu fermer l'oeil en réalité, t'as pas réussi à penser à autre chose qu'à ton coeur qui bat uniquement pour Tokyo, qu'à cette envie que tu as d'être toujours avec elle, de la retrouver, d'envoyer valser la vie que tu es en train de te créer, seulement pour elle. Pour vous. T'es resté allongé là à attendre que le temps passe, t'as fait bonne figure devant Carla le temps qu'elle s'endorme avant de te replonger dans tes pensées. Puis t'as envoyé des bruits suspects et ça a été l'événement de trop, comme si tu avais besoin de ça, comme si tu ne reconnaissais pas la voix ou ne serait-ce que le souffle de celle que tu devrais épouser à la place de Carla.

Il est 5 heures du matin quand tu t'installes au salon, regardant par la grande fenêtre la mer, les vagues, le calme du matin. Le cadeau de Tokyo est à côté, t'as envie de l'ouvrir, d'être fixé tout de suite sur son contenu mais tu te bats avec toi-même pour te retenir. Finalement, le coeur l'emporte et quelques secondes plus tard, le papier cadeau est par terre et le collier dans tes mains. Tu le regardes avant de sortir les plaques de sous ton t-shirt, tu ne les as pas données à Carla, tu ne peux pas lui donner ton coeur de la sorte et tu ne sais pas ce que le don de ce collier veut dire, si elle t'aime toujours ou si elle tourne définitivement la page mais ça en vient à te faire verser une larme, elle te manque tellement.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: you're my savior  

Revenir en haut Aller en bas
 
you're my savior
Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This is our day :: Tokyo & Rio :: Tokyo & Rio-
Sauter vers: