Partagez | 
 

 love can hurt sometimes

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: love can hurt sometimes  Mer 30 Mai - 15:46

Comme Tokyo l'avait prédit, tu t'es retrouvé seul en fin de compte, ta mère est partie et Tokyo ne faisait plus partie de ta vie, tu t'es retrouvé seul et tu t'es enfermé dans le travail pour ne plus trop penser, sortant tous les soirs pour boire à outrance et rentrer avec des femmes, ça te permet d'oublier un peu la mauvaise décision que tu as prise. C'est pas une décision que tu regrettes pour autant, tu sais que tu as fait le bon choix parce que vous ne faisiez que vous battre et vous faire du mal, t'es pas sûr que tu supporterais ça encore longtemps alors tu te sens libéré d'un poids, mais y'en a un autre qui est venu s'ajouter en réalité : le manque.

Tu te doutais que t'allais le ressentir alors tu te laisses pas une minute de répit, pour éviter de trop laisser tes pensées divaguer vers elle. Tu travailles d'arrache-pied et le reste du temps tu le passes dans les bras d'autres femmes, il te suffit de montrer un porte-monnaie rempli pour que certains accourent de toute façon.

Ce matin commence comme tous les autres, tu te réveilles, laisse dormir la blonde, brune ou rousse, selon les jours et prends ta douche. Puis tu la réveilles, la congédie et tu descends dans une des salles de réunion de l'hôtel pour tout organiser avec Alfonso. L'île est achetée, elle t'appartient enfin, il était temps à vrai dire. Les travaux ont même commencé, t'es en train de faire construire ta maison et c'est de ça que vous devez parler quand tu arrives dans la salle. C'est là que tu la vois, Tokyo. T'aurais franchement préféré être mis au courant, soit tu ne serais pas venu, soit tu te serais fait un peu plus beau mais là, t'es presque en pyjama, t'as des cernes sous les yeux et des marques rouges sur la peau, t'es loin d'être présentable.

Heu. Bonjour ?

T'entres, tout hésitant, interrogeant Alfonso du regard mais il semble vouloir t'éviter pour le moment.

On m'explique ?

tu insistes alors.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: love can hurt sometimes  Mer 30 Mai - 16:44

T'avais continué ta vie sans Rio, et à l'inverse de ce que tu aurais pu penser, t'avais pas sombré dans la drogue, et c'était surement grâce à Alfonso qui était quand même venu te voir, moins souvent, mais quand même, il t'avait souvent invité chez lui aussi, et le fait de parler avec lui t'avais beaucoup aidé à surmonter l'absence de Rio. A force de parler de projets, il t'avait convaincu pour revenir sur celui de Rio qui était le votre à la base. T'avais plus voulu entendre parler de lui, mais tu savais que l'argent te motivait, parce qu'en réalité, et c'était triste mais il te restait que ça. Alors t'allais prendre ton mal en patience, après tout vous aviez tourné la page.

Tu t'étais apprêtée pour l'occasion. T'avais enfilé une jupe crayon noir, un haut rouge dévoilant ton décolleté, un blazer noir recouvrant ta peau et des escarpins à talons noirs. T'avais souligné les traits de ton visage avec un peu de maquillage, où tu avais dessiné ta bouche avec un rouge à lèvres rouge. En réalité, tu t'étais apprêtée pour lui, même si tu voulais te dire le contraire. Tu voulais surement lui faire payer un peu votre rupture.

On ne pouvait pas dire que tu enchainais les conquêtes, mais t'avais eu quelques hommes dans tes draps. Des hommes qui, de par leurs caresses t'avaient divertis et donc empêcher de penser à lui. T'étais redevenue la femme affirmée qu'on te connaissait.

T'étais arrivée sur les lieux, avait salué Alfonso avant de regarder un peu avec lui l'avancée du projet, quand quelqu'un entra dans la salle. Tu levais les yeux et découvrit Rio. Sans parler du fait qu'il était en pyjama, tu remarquais des traces violacées et rouges dans son cou. T'avais juste envie de lever les yeux au ciel devant sa réaction. Mais t'allais rester professionnelle, parce que maintenant votre relation se limiterait à ça.

- Bonjour, moi, je suis Silene Oliveira ta nouvelle ou plutôt ancienne collaboratrice. Je me suis simplement dit que finalement je pourrais t'aider à faire avancer les choses. On avance mieux à deux.


Tu gardais les épaules droites, toujours avec un petit sourire confiant, toi, t'allais pas défaillir devant lui, t'étais une nouvelle personne.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: love can hurt sometimes  Mer 30 Mai - 16:52

Elle est belle ta Tokyo, elle l'est au naturel mais là, tu pourrais presque en perdre la mâchoire, resté scotché à sa beauté et attendre que la mort te prenne. A côté d'elle, dans ton pyjama, tu te sens vraiment ridicule et t'es bien décidé à en parler avec Alfonso, lui faire part de cette honte internationale qu'il aurait totalement pu t'éviter. Elle est classe ta Tokyo, elle fait professionnelle et ça fait battre ton coeur un peu plus fort, tu aimerais tellement arrêter tout ça, arrêter ce mécanisme qui te fait mal mais c'est impossible, malgré tous tes efforts pour rester loin d'elle, ton coeur lui appartient pleinement et tu dois accepter cette idée malgré votre séparation récente mais toujours aussi douloureuse. Tu la regardes avant de discrètement regarder ta tenue à toi, un short en coton, un t-shirt avec bob l'éponge dessus et des tongs, t'aimerais juste t'asseoir et te cacher derrière des papiers pour éviter qu'elle ne te voit ainsi, tu fais pas le poids face à elle et sa façon de se tenir, d'être belle et de te faire l'aimer encore un peu plus.

Ah.

T'es un peu surpris par ce ton très formel qui ne te plaît pas du tout mais bon, si elle veut jouer à un jeu de rôle et s'y tenir, tu ne vas pas l'en priver.

Bah moi c'est Diego Ruiz, le propriétaire de l'île. Et conseil, tu devrais changer ton nom pour les papiers, Silene Oliveira c'est un peu trop connu par la police.

Tu hausses les épaules, prends ton air détaché alors que tu es tout sauf détaché de cette situation, t'as juste envie de lui fondre dans les bras mais tu te contentes de t'asseoir et de faire comme si de rien n'était.

Bon, je suppose qu'il faut faire construire une autre maison du coup, alors que tout était prévu, calé, avec les dates et tout.

Tu fais mine de lui en vouloir mais au fond, t'as juste envie de sauter de joie à l'idée de te dire que même sans ses baisers, tu continueras à la voir.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: love can hurt sometimes  Mer 30 Mai - 17:09

T'étais bien décidée à t'imposer, parce que déjà, c'était en toi, et de deux tu voulais lui faire comprendre que tu avais une longueur d'avance sur pas mal de choses.

- Silene Oliveira c'est pour toi.

Parce que l'époque Tokyo était terminée, enfin, c'est ce que tu voulais lui faire croire juste pour imposer votre nouvelle relation.

- Et deux, faudrait que tu signes ça, justement, Monsieur le propriétaire de l'île.


Tu fis glisser des papiers vers lui représentant votre égalité aux yeux de la loi pour l'ïle. 50% était à toi, 50% à lui. T'avais du coup toi aussi un nouveau pseudo que l'on pouvait lire sur les papiers, celui que Le Professeur t'avait donné à la base : Helena Sanchez.

- Je veux qu'on soit deux propriétaires parce qu'à la base, on était deux.


T'avais pris les devants pour ça, et aussi pour ta maison, il pouvait rien te reprocher.

- Ma maison est déjà en construction. Ca ruinera pas ton timing. J'ai déjà une entreprise sur le coup, justement, je l'ai ajouté sur le plan, avais-tu lançé en pointant du doigt l'endroit où tu avais signifié l'installation de ta maison.

T'avais tout prévu, bien avant de te pointer parce que ça faisait déjà un petit moment que vous en discutiez avec Alfonso, et même si tu avais feigné l'indifférence face à ça, t'avais pas pu t'empêcher d'opérer quand même avant ce jour.


_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: love can hurt sometimes  Mer 30 Mai - 17:33

Elle porte la conversation, tu le vois dès le début, elle semble confiante et tu vois bien vite qu'elle a toutes les cartes en main. T'as du mal à le croire en réalité, du mal à croire qu'ils aient fait ça dans ton dos, que Alfonso ait fait ça dans ton dos alors que tu es celui qui lui a tout offert. Tu regardes le papier qu'elle te tend et le lit attentivement avant de relever les yeux vers Alfonso pour lui jeter un regard noir, tu ne lui pardonneras jamais ce coup bas, tu ne lui pardonneras jamais le fait qu'il ne te dise rien du tout, après tout ce que vous avez vécu, il te cache désormais des choses d'une importance capitale, et tu le lui feras comprendre. Les papiers semblent en règle, tu n'as plus qu'à signer. Comme tu es pour le moment, l'unique propriétaire, tu peux refuser, tu en as le droit.

Ça fera trois millions. tu te contentes de dire avant d'hausser les épaules. Enfin, pas sûr que j'accepte encore.

Elle peut jouer à ça autant qu'elle le veut, tu auras toujours le dernier mot sur la question parce que pour le moment, tu détiens 100% et tu es le seul à pouvoir décider de ce que tu souhaites faire de ton île. Tu sais très bien que tu vas accepter mais vu comment elle joue avec toi, t'as bien envie de jouer toi aussi. Tu regardes le plan, hoche la tête avant de sourire en relevant les yeux vers elle.

Pour le moment, ce que je vois c'est que tu fais construire une maison sur ma propriété, donc illégalement. Ceci est une construction que je n'ai pas autorisé, donc c'est interdit pour toi de faire construire quoique ce soit tant que je n'ai pas signé tes papiers à la con.

C'est moi qui lui ai dit que..

Toi, t'es plus autorisé à parler.

T'es froid, t'es méchant, t'es tellement en colère contre Alfonso et même si ça la rend sexy, tu ne supportes pas le petit air que se donne Tokyo, ou Oliveira, ou Helena peu importe.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: love can hurt sometimes  Mer 30 Mai - 17:48

Tu pouvais pas t'empêcher de le trouver sexy quand il était sérieux et responsable. Mais en réalité, il t'enervait vraiment. En réalité, t'avais entamé les constructions parce que tu savais que Rio n'allait pas te refuser de le faire. Il essayait juste de te tenir tête mais tu savais qu'il allait finir par craquer.

- Je les ai les trois millions. Je peux même t'en donner plus si ça te peut te permettre de redescendre en pression.

Tu ne te laissais pas impressionner par son comportement même si tu sentais ta machoire se serrer quand il osa dire à Alfonso de se taire.

- Très bien, donc tu serais capable de mettre une jeune femme à la rue simplement pour satisfaire ton égo ? Niveau pub, y'a surement mieux pour un El Dorado, c'est le genre de comportements qui fait fuir les clients, tu sais.

Tu t'approchais de lui, le défiant du regard.

- Tu mettras peut-être cinquante ans avant d'atteindre ton but tout seul, parce que tu passes surement plus de temps à sauter tout ce qui bouge, qu'à vraiment travailler.

Tu faisais évidemment allusion à ses suçons qui te révulsaient, tu sentais la jalousie pourrir tes entrailles.

- Tu perds quoi à refuser ? On aura les mêmes droits, les mêmes parts, on devra se concerter toi et moi pour mettre en place des choses. Et puis, on a plus de recul à deux, et donc ça pourra mieux fonctionner.

Tu essayais de le convaincre, de toute façon, cet île, c'était autant la tienne que la sienne à la base.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: love can hurt sometimes  Mer 30 Mai - 17:56

Evidemment que tu finiras par accepter, tu ne peux pas faire autrement de toute façon, ce projet est le vôtre et tu n'avais aucune envie de le mener à terme tout seul, le fait que Tokyo revienne sur sa décision te fait plutôt du bien, 'es presque heureux mais ça, tu ne lui diras pas, c'est hors de question. C'est peut-être une question d'ego oui, parce que tu vois comment elle prend les choses à la légère alors que toi, t'as le coeur qui bat de plus en plus vite simplement parce qu'elle se trouve à quelques mètres de toi, t'as envie de lui sauter dessus mais tu t'en empêches, tu l'as quittée parce que vous ne pouviez pas fonctionner ensemble et tu as eu raison de le faire, tu dois t'y tenir et ne pas craquer devant ses beaux yeux. Et pourtant, c'est pire quand elle s'approche de toi alors tu recules ta chaise, t'as pas envie de te retrouver trop près d'elle et ses lèvres qui ne font que t'attirer.

Je fais très bien les deux, c'est gentil de t'en soucier.

que tu lâches avant de passer une main dans ton cou pour cacher les marques, t'as honte de ça, t'avais pas prévu que Tokyo serait dans la pièce ce matin sinon tu serais allé acheter une sorte de fond de teint ou peu importe qui aurait pu cacher ces marques.

Peut-être que justement, j'ai pas envie de devoir te concerter, ou ne serait-ce que te voir.

T'essaies de lui tenir tête, parce que tu supportes pas la voir tenir la danse comme ça, la vérité c'est que tes doigts ont déjà récupéré le stylo et que tu te fais violence pour ne pas signer tout de suite ces papiers, alors que tu en rêves.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: love can hurt sometimes  Mer 30 Mai - 20:09

Tu levais les yeux à sa remarque et quand il toucha son cou en même temps. Tu luttais vraiment contre l'envie de lui faire une scène mais en réalité, t'avais plus aucun droit de lui dire quelque chose, vous n'étiez plus ensemble. T'essayais d'agir comme si tu t'en fichais mais tu sentais que ça allait te prendre beaucoup d'énergie de jouer à la fille qui se fichait de tout, parce que toi, tu te fichais de rien, surtout pas quand ça touchait Rio.

- Je vais pas t'empêcher de voir qui tu veux, et on travaillera le moins possible ensemble si c'est ça que tu veux, aucun soucis.

T'avais quand même mal quand tu disais ça parce que toi, tout ce que tu avais envie, c'était de le voir le plus possible même si c'était tout l'inverse que tu montrais. Et t'avais pas envie de le voir avec une autre. De toute façon, ça risquerait pas d'arriver, tu n'irais pas dans sa chambre.

- Je suis motivée à faire bouger les choses, à rendre tout ça lucratif pour nous deux, et je pense que tu me connais assez pour savoir que quand j'ai une idée en tête, je l'ai pas ailleurs.

Tu haussais les épaules.

- Je peux toujours te donner le temps de la réflexion. Réfléchis vite parce que qui sait, peut être que je partirais de cette île pour faire la même chose mais ailleurs.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: love can hurt sometimes  Mer 30 Mai - 20:27

Toi, t'aimerais bien pouvoir l'empêcher de voir d'autres hommes même si toi tu te gênes pas, la simple idée que d'autres hommes que toi puissent profiter d'une étreinte avec elle te donne envie d'hurler à l'injustice et de la récupérer sur le champ, mais tu n'as plus le droit de faire ça et au fond, tu n'en as pas envie. Elle te manque bien sûr, mais le calme de ton célibat est agréable ces temps-ci, la différence est relativement frappante.

C'est bon, j'accepte.

tu finis par dire en soupirant avant de regarder le papier et d'enfin le signer. T'étais sûr dès le début de toute façon mais t'as suffisamment joué, et t'as pas envie qu'elle aille sur une autre île, ni qu'elle te fasse concurrence, tu veux bien la voir tous les jours et discuter avec elle, c'est tout ce que tu souhaites de toute façon.

Autant que tu commences tout de suite, si tu peux trouver un nom pour l'île, je n'ai pas d'idée.

Même la précédente idée venait d'elle et tu trouvais merveilleux le fait de mélanger vos surnoms mais ça n'est plus possible, même si c'est votre île, tu ne te vois pas mélanger les noms de la sorte comme si vous étiez encore ensemble, même si tu en rêves.

Et si tu veux venir avec moi, j'ai rendez-vous avec un architecte vendredi pour réfléchir aux plans d'un premier hôtel.

Autant lui proposer tout de suite de travailler avec toi, t'es encore avec elle que t'as déjà envie de la revoir.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: love can hurt sometimes  Mer 30 Mai - 21:03

Tu savais que de toute façon, tu n'irais pas voir ailleurs si Rio n'avait pas accepté, ou alors si tu l'aurais fait à contre cœur juste pour l'énerver parce que tu cherchais toujours à lui décrocher une réaction, qu'elle soit bonne ou mauvaise. T'avais besoin de voir que tu ne laissais pas indifférent. Tu avais souris suite à son acceptation, bien satisfaite d'être parvenue à tes fins.

Tu pris le sac d'argent, et le posait à ses cotés. C'était bizarre, parce que vous n'aviez jamais eu ce genre de relation, l'argent n'avait jamais été mis sur la table entre vous mais il fallait une première fois à tout.

T'aimais bien toi, l'idée du nom que tu avais eu pour votre île mais là, c'était plus vraiment d'actualité. Fallait que tu trouves un nouveau nom qui serait peut être moins lié à l'affect que tu avais pour lui.

- Je vais plancher dessus, je ferai un brain storming et tu me diras celui que tu préfères.

T'avais pas envie de détruire ce qu'il restait de vous et en même temps, il ne restait plus rien.

- On peut se rejoindre sur place, oui. Tu me donneras l'adresse.

Tu savais que le meilleur moyen de ne pas retomber dans ses bras, était de se tenir à des relations plus conventionelles. Chacun se retrouvait ici tous les jours, et repartait le soir chez lui, sans détour. T'allais respecter sa décision après tout, c'était lui qui avait décidé de te plaquer.

- Tiens, regarde, faut que je te montre un truc.

Une de tes conquêtes était architecte justement, et avait pu t'aider entre quelques rendez vous sous la couette à te dessiner quelque chose sur un logiciel. Tu avais sorti ton ordinateur portable et avais tourné l'écran pour lui montrer.

- Tu vois, là, c'est un complexe, et ce qui est sympa c'est que ça donne directement sur l'océan vu que c'est sur pilotis. Ça peut être aussi une idée pour un deuxième hôtel. Il sera sûrement plus cher tu vois, on pourra proposer plusieurs gammes de prix.

Le logiciel détaillait assez bien l'extérieur du complexe hôtelier que tu voulais faire. T'aurais jamais pu faire ça toute seule, mais ça rendait vraiment bien.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: love can hurt sometimes  Mer 30 Mai - 21:15

Ça te fait bizarre d'être uniquement un collègue auprès de Tokyo mais c'est sûrement pour le mieux, c'est étrange mais tu t'y habitueras tu en es persuadé, il le faudra de toute façon, vos vies se séparent désormais et tu sais que c'est une bonne chose, ou du moins, que ça le sera dans l'avenir quand tu arriveras à te l'enlever pleinement de la tête, et surtout du coeur.

Tu regardes le sac, voilà où en est votre relation. C'est fou mais Carla avait raison, c'était certain que vos chemins se sépareraient un jour ou l'autre, parce que vous êtes trop différents, parce que vous vous battez trop et ne profitez pas assez, parce que vous vous aimez trop fort peut-être aussi, parce que ta mère t'a monté la tête et que t'as simplement écouté.

T'acceptes ses propositions, et de regarder la dernière, elle a des idées et visiblement des moyens mais fort heureusement pour toi et pour ton coeur, tu ne vois pas l'intérêt de lui demander d'où proviennent ces maquettes. Tu te contentes de regarder et d'apprécier l'idée.

Ça me semble bien oui, de toute façon, j'aimerais qu'il y en ait pour tous les prix. Je veux pas faire de cette île une île uniquement de riches tu vois. Donc cet hôtel sera plus cher mais en compensation, on aura des cabanes aménagées par exemple beaucoup plus abordables, je veux que chacun puisse se sentir chez lui. Mais cette idée est géniale, garde-la précieusement. Avec Alfonso, on travaillait en parallèle sur l'école. Si on offre une école et tout ce qui peut permettre aux clients de se développer ici, ce sera que de la plus-value pour nous, on pourrait même imaginer que certains occidentaux viendraient ici six mois dans l'année tu vois, et pour ça il y aurait aussi un lotissement familial pour leurs vacances prolongées, l'école serait justement à l'intérieur de ce lotissement afin que tout soit commode.

Tu parles, tu parles, t'as tellement d'idées pour cette île et tu n'as qu'une hâte, que tes rêves se concrétisent pour de vrai.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: love can hurt sometimes  Mer 30 Mai - 21:36

Tu l'écoutais, tu trouvais ses idées géniales à vrai dire, surtout que toi tu n'avais pas oublié la tienne.

- Ça serait bien de faire une école si jamais Denver et Monica vienne. Ils pourront scolariser leur enfant.

Parce que tu n'avais peut être plus Rio mais t'avais toujours les autres que tu voulais avoir autour de toi. Ça te donnerait cette sensation d'être moins seule.

- Pourquoi pas penser leurs maisons à tous. Faudra les faire venir pour ça un de ces quatre. Je pourrai les contacter.

Tu t'arrêtais deux secondes, histoire de retrouver le fil de ta pensée.

- Ah oui, faudra qu'on essaye de construire une péniche pour faire un port histoire de mettre en place des Ferrys histoire de le lier à l'autre île où y'a l'aéroport. Ou alors construire un aéroport directement mais j'ai pas encore vu si c'était possible aux vues de la place que ça prend.

Tu pouvais toujours appeler ton nouvel ami pour qu'il vienne t'aider ce soir.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: love can hurt sometimes  Mer 30 Mai - 21:50

Cette idée de faire venir tout le monde, tu l'avais un peu oubliée mais maintenant que ça revient sur la table, tu es clairement d'accord avec ça. Tout le monde te manque et t'as vraiment envie de retrouver cette atmosphère de famille, t'as retrouvé ta mère et maintenant, tu dois les retrouver eux à nouveau pour te sentir pleinement heureux.

Oui voilà, ils pourront scolariser leur enfant.

il fut un temps où tu pensais pouvoir y scolariser le tien mais pour être tout à fait honnête, cette idée n'est plus qu'un vague souvenir, c'est comme si t'avais changé du tout au tout, t'as plus les mêmes projets parce que t'as pas envie d'offrir une vie de merde à un gamin, tu te contenteras d'être gentil avec ceux des autres et tant pis pour tes rêves, ils partent tous peu à peu en fumée de toute façon. Tu soupires un peu, commence à laisser tes pensées divaguer un peu, la fatigue prend le dessus, la tristesse, la mélancolie, tout ce qui est signe que tu vas bientôt aller te réfugier dans tes draps pour déprimer tranquillement.

Bonne idée.

tu te contentes alors de dire en hochant doucement la tête, c'est sûr que c'est une bonne idée, tu vas pas épiloguer là-dessus, tu serais en effet content de tous les revoir, de leur proposer de venir vivre avec vous, de les aider à choisir les plans pour leur maison de rêve, c'est tout ce que vous avez toujours voulu de toute façon.

Faudra faire avec les ferrys.

Une nouvelle fois, tu es bref, t'en as marre, t'as envie de partir et de te réfugier dans tes draps. Tu as déjà étudié la question de toute façon, c'est d'ailleurs la première question que tu t'es posée et tu sais qu'il n'y a pas assez de place pour construire un aéroport et que ce soit rentable, il faut alors songer au ferry qui vous permettra d'offrir un endroit encore plus paisible.

Désolé faut que j'y aille moi.

Tu dis finalement en te relevant, t'as encore honte de l'accoutrement que tu portes mais tant pis, tu feras des efforts pour la prochaine fois, ou peut-être pas, franchement là c'est pas ce qui te préoccupe le plus.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tokyo
avatar : Ursula Corbero (Ranochja d'amour)
Messages : 669
Points : 715
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: love can hurt sometimes  Mer 30 Mai - 22:04

Tu l'avais senti moins dedans tout d'un coup, au même moment où tu avais parlé de Denver et Monica. Tu comprenais pas vraiment pourquoi il était devenu si distant alors qu'il avait été enjoué à l'idée de les revoir. Tu avais du mal à cerner ce changement radical de comportement. Tu l'avais vu se lever, l'air abbatu et ton instinct de protection avait repris le dessus.

- Hey, ça va pas? Je pensais que t'étais heureux de les revoir si jamais ça te convient pas, on peut toujours en discuter.

Même si toi, ça t'embêterait de déroger la dessus parce que tu les aimais bien, mais tu sentais que c'était pas eux le problème, parce que Rio n'avait jamais rien eu à dire sur eux.

- Bon, dans tous les cas, je vais avancer dessus et je te tiendrais au courant de mes recherches.

T'essayais de ne pas te laisser distraire par son air triste qui t'inquiètait parce que tu serais capable de le suivre.

_________________
BLEED FOR YOU
If I could tear you from the ceiling and guarantee a source divine, rid you of possessions fleeting, remain your funny valentine. If I could tear you from the ceiling, I'd freeze us both in time and find a brand new way of seeing. Your eyes forever glued to mine. ROGERS.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
avatar : miguel herrán (ranochja)
Messages : 789
Points : 853
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Re: love can hurt sometimes  Mer 30 Mai - 22:09

Son instinct de surprotection que tu adores d'ordinaire t'énerve au plus haut point, t'as pas envie de la voir t'inquiéter pour toi, t'apprécier, t'aimer ou peu importe, tu veux juste qu'on te foute la paix et que tu puisses aller finir ta nuit sans embûche, t'as suffisamment vu tokyo pour la journée là, t'as pas besoin en plus qu'elle soit adorable.

Mais si ça me va, j'ai juste des trucs à faire là c'est bon.

Tu souffles bruyamment, ça t'énerve tellement son petit air inquiet là et ses questions par milliers, elle peut pas juste te foutre la paix deux secondes là ? Non, il faut qu'elle soit comme quand vous étiez ensemble, pour bien te rappeler ce que tu rates, parfait.

Ouais voilà, bosse là-dessus.

Tu récupères le sac, mets les papiers dedans, tout ce dont tu as besoin toi personnellement et te dirige vers la porte de la salle avant de finalement te retourner vers Alfonso.

Toi je t'appelle ce soir.

Et tu t'en vas, t'as bien l'intention de lui téléphoner et de lui passer un savon mais là, tu dois prendre des médicaments et dormir.

_________________
❝amor prohibido❞ una mattina, mi sono alzato, o bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao. una mattina mi sono alzato e ho trovato l'invasor. o partigiano portami via, o bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao. (astra)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: love can hurt sometimes  

Revenir en haut Aller en bas
 
love can hurt sometimes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Love pub souhaite se lier a Zone Pub [accepté]
» [JOB] We Love Motion recherche un Monteur vidéo
» [Cross] Obscure Love
» Une chanson ayant pour refrain "free love it"
» LOVE ME LIKE YOU DO. depuis le 16 mars 2015.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
This is our day :: Tokyo & Rio :: Tokyo & Rio-
Sauter vers: